Gaza, sous blocus, développe des applications pour le monde entier

le
0
Gaza, sous blocus, développe des applications pour le monde entier
Gaza, sous blocus, développe des applications pour le monde entier

Ils sont des dizaines, les yeux rivés sur leurs écrans, à pianoter, cliquer, coder: ici, partent et arrivent des informations des quatre coins du globe. Rien d'inhabituel pour des informaticiens, mais ceux-là travaillent dans la bande de Gaza, totalement coupée du monde."Ici, on ouvre une brèche dans le blocus et on montre que les Gazaouis sont capables de réaliser de grandes choses", affirme, enthousiaste, Saady Lozon, 33 ans et cofondateur de Unit One, petite entreprise gazaouie qui commence à devenir grande.En 2005, il lançait avec un autre ingénieur informatique "une petite start-up, coincée dans une salle minuscule" de la bande de Gaza, où comme dans l'ensemble des Territoires occupés il n'existe pas de réseau 3G palestinien. Dix ans plus tard, ils emploient près d'une centaine de personnes, en majorité des jeunes femmes, et ont décroché des contrats pour développer des programmes informatiques et des applications pour smartphones dans le Golfe et en Europe.- 'Du commerce, pas des aides' -"A Gaza, on n'a ni pétrole ni gaz, mais on a des ressources humaines: plein de jeunes qui attendent seulement qu'on leur offre une opportunité", assure Saady en déambulant au milieu de rangées de jeunes femmes qui entrent des données dans leurs ordinateurs.Recruter des femmes, c'est "une responsabilité sociale", assure l'entrepreneur au look décontracté. Et le prochain objectif qu'il s'est fixé, c'est engager des personnes handicapées. Avec les trois offensives israéliennes à Gaza ces six dernières années, des centaines de Palestiniens ont en effet été blessés et amputés.Mais, insiste Saady, "Gaza, ça n'est pas que la guerre, le sang, les bombes. Les Gazaouis veulent faire du commerce, pas recevoir des aides humanitaires". La preuve, dit-il, quand il a lancé un appel à candidatures pour dix postes, il y a eu "400 postulantes".Aujourd'hui encore, une jeune femme pousse la porte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant