Gaza : reprise des négociations en attendant la fin du cessez-le-feu ce soir

le
0
Gaza : reprise des négociations en attendant la fin du cessez-le-feu ce soir
Gaza : reprise des négociations en attendant la fin du cessez-le-feu ce soir

Alors qu'il expire ce lundi à minuit, des discussions très indécises sur le maintien du cessez-le-feu précaire observé dans la bande de Gaza ont repris dimanche au Caire entre Israéliens et Palestiniens, les deux parties se montrant fermes sur leurs exigences. Les négociations indirectes entre Israël et les Palestiniens se déroulent sous l'égide de l'Egypte.

L'objectif est de parvenir à un accord pour une trêve durable à la suite de l'offensive «Bordure protectrice» déclenchée par Israël le 8 juillet pour neutraliser les capacités militaires du Hamas qui contrôle la bande de Gaza. «Nous n'accepterons d'accord sur un cessez-le-feu que s'il y a une réponse concrète à nos besoins sécuritaires», a déclaré dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. «Pour obtenir la sécurité, il faut avant toute chose lever le blocus» imposé à Gaza depuis 2006, a répliqué Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas.

Les discussions ont repris au Caire après trois jours d'interruption mais sans certains représentants du Hamas et du Jihad Islamique qui devraient arriver dans la soirée. La plus grande incertitude règne sur la faculté des délégués palestiniens et israéliens à trouver un accord surtout sur les questions de la levée du blocus israélien ou la démilitarisation de la bande de Gaza. En «signe de bonne volonté» Israël a cependant annoncé dimanche avoir autorisé les pêcheurs de Gaza à reprendre leur activité interrompue depuis le début du conflit. 

Pour Abbas, l'objectif est l'arrêt des combats

A Ramallah, le président palestinien Mahmoud Abbas a réitéré son soutien à la proposition égyptienne. «Notre objectif est l'arrêt des combats et nous soutenons l'initiative égyptienne et rien d'autre», a-t-il dit. Les Egyptiens proposent un cessez-le-feu permanent et invitent à de nouveaux pourparlers dans un mois. A l'ordre du jour seraient inscrites alors des questions épineuses comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant