Gaza n'aura peut-être pas les $4 mds voulus pour sa reconstruction

le
0

WASHINGTON, 11 octobre (Reuters) - Les Etats-Unis ont dit craindre vendredi que la conférence des donateurs pour la reconstruction de Gaza qui doit se tenir dimanche au Caire ne puisse réunir la totalité des quatre milliards de dollars demandés par les Palestiniens pour reconstruire l'enclave en grande partie détruite cet été par 50 jours de conflit entre Israël et le Hamas. "Il est honnête de dire qu'il y a d'importantes questions soulevées par les donateurs", a déclaré un responsable du département d'Etat aux journalistes. Il a précisé que les donateurs ne voulaient pas se retrouver à la même table dans "un an ou deux" dans le même but. La dernière offensive israélienne contre Gaza, "Bordure protectrice", visait à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas en direction d'Israël. Le conflit, qui a commencé début juillet, a fait plus de 2.100 morts chez les Palestiniens. Il y aura des "contributions significatives" au Caire, a dit le responsable américain, surtout de la part des Etats arabes du Golfe, mais, a-t-il ajouté, "je ne sais pas si quelqu'un pense que nous allons obtenir quatre milliards ou si nous avons besoin de ce genre de promesses tout de suite." Un autre responsable du département d'Etat a ajouté : "Nous n'en sommes pas là à ce stade." Le Premier ministre palestinien Rami al Hamdallah a chiffré le coût de la reconstruction des infrastructures et des 18.000 logements détruits à Gaza à environ quatre milliards de dollars (plus de trois milliards d'euros) sur trois ans. L'Autorité palestinienne espère que le nouveau gouvernement d'unité nationale qui va prendre le contrôle de l'enclave méditerranéenne administrée de fait par le Hamas depuis 2007 sera de nature à rassurer les investisseurs. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry profitera aussi de la conférence du Caire pour reparler des négociations de paix israélo-palestiniennes qui ont été à nouveau rompues en avril et du soutien des Etats-Unis à une solution à deux Etats. John Kerry a l'intention de rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas au Caire et tentera de le dissuader de prendre des initiatives diplomatiques "déstabilisantes", selon les termes employés par l'administration américaine. Les Palestiniens ont menacé de demander à être membre de la Cour pénale internationale (CPI) pour s'en servir de tribune et faire accuser Israël de crimes de guerre. (Matt Spetalnick; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant