Gaza : les quatre garçons tués sur la plage sont de la même famille

le
2
Gaza : les quatre garçons tués sur la plage sont de la même famille
Gaza : les quatre garçons tués sur la plage sont de la même famille

Deux déflagrations sèches, de la fumée, des cris. Quatre enfants palestiniens ont été tués mercredi après-midi sur une plage de Gaza par des frappes israéliennes, sous les yeux de journalistes.

Une première frappe a touché peu après 16 heures (15 heures, heure française) une cahute de pêcheurs sur la digue du port de pêche de Gaza. Un groupe d'enfants sort en courant. Une deuxième frappe atteint le groupe. Les gamins terrifiés, certains ensanglantés, remontent la plage en criant pour se réfugier dans un hôtel, à 200 mètres de là, où résident des journalistes.

Quatre d'entre eux ont trouvé la mort et au moins cinq autres ont été blessés dans ces frappes, a indiqué le responsable des services des urgences à Gaza, Achraf al-Qoudra. Ahed Atef Baker, 10 ans, Zacharia Ahed Baker, 10 ans, Mohamed Ramez Baker, 9 ans, et Ismaïl Mohamed Baker, 11 ans. Tous cousins.

Des cahutes très fréquentées en temps normal

A l'hôtel, une des victimes se tient le ventre en hurlant avant de s'écrouler et d'être transportée à la hâte par le personnel vers une ambulance. Au moins trois enfants qui s'y sont abrités sont blessés par des éclats, dont l'un à la tête. «J'ai mal, ma poitrine brûle, ma poitrine brûle», se lamente l'un d'eux. Une ambulance emporte aussi un homme dont la jambe a été arrachée.

Quelques instants après les frappes, venues de la mer ou de l'air, une fumée noire s'élève de la cahute, couverte de paille, qui se consume. Cette plage, au bord de la Méditerranée, accueille des paillotes, des cabanes pour pêcheurs et des petits cafés, très populaires en temps normal.

Les corps des enfants -brûlés et déchiquetés- ont été aussitôt amenés à leurs familles puis à la mosquée voisine avant les funérailles, immédiates en ces temps de grande chaleur. «Nous venons de Dieu et à Dieu nous retournerons», dit l'imam pendant les prières funéraires.

Ils habitaient dans un camp «fréquemment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Spartaku le jeudi 17 juil 2014 à 06:46

    Les enfants n'ont pas reçu de textos des braves soldats israéliens ? Ha ça ne passait pas ... Bon ben c'est la faute aux opérateurs téléphoniques .. Ça n'est pas de l'humour , c'est juste du dégoût ! et l'ONU , le Monde , tous s'en tapent comme d'habitude . Un israélien meurt c'est la ruée sur les médias , plein de messages de soutiens , 1000 gamins palestiniens crèvent et on les incriminent pour quelques roquettes parfaitement inoffensives ... 2 poids 2 mesures !

  • Berg690 le mercredi 16 juil 2014 à 22:54

    Gloire aux courageux soldats israéliens.