Gaza : Le Hamas refuse un cessez-le-feu avant la levée du blocus israélien

le
1
Gaza : Le Hamas refuse un cessez-le-feu avant la levée du blocus israélien
Gaza : Le Hamas refuse un cessez-le-feu avant la levée du blocus israélien

L'heure ne semble toujours pas à l'apaisement entre le Hamas et Israël, malgré les multiples appels au cessez-le-feu. Le Haut-commissaire de l'ONU pour la convention des droits de l'homme, Navi Pillay s'en prend aux deux parties du conflit ce mercredi matin, à l'occasion d'une réunion extraordinaire. Israël est accusé de possibles crimes de guerre et le Hamas d'attaques indiscriminées contre les zones civiles.

L'ONU a décidé mercredi soir de lancer une enquête sur «toutes les violations» qui auraient été commises lors de l'offensive israélienne à Gaza. Parmi les 47 Etats membres du Conseil, seuls les Etats-Unis se sont opposés à la résolution palestinienne. Tous les pays européens présents au Conseil, dont la France, l'Allemagne et le Royaume-Unis, se sont en revanche abstenus. Tout comme le Japon.

De Tel-Aviv où il est en mission de paix, le Secrétaire d'Etat américain John Kerry va rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Mahmoud Abbas pour tenter de mettre fin aux hostilités au Proche-Orient, qui durent depuis le 8 juillet dernier. A l'issue d'un Conseil de défense mercredi matin, François Hollande a quant à lui réaffirmé son «attachement» à l'objectif d'un cessez-le-feu à Gaza «dans les plus brefs délais». 

Depuis le début de l'opération «Bordure protectrice» lancée par Israël le 8 juillet contre les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza, plus de 680 Palestiniens et 34 Israéliens ont été tués. Un travailleur agricole thaïlandais a été aussi été tué par l'explosion d'une roquette dans une serre du sud d'Israël.

Le conflit a des répercussions jusqu'en France, où les manifestations de soutien aux Palestiniens de Gaza se multiplient. Un défilé autorisé est de nouveau organisé ce mercredi à Paris, quelques jours après les violences commises lors de manifestations interdites dans la capitale et à Sarcelles (Val-d'Oise). La poursuite des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mercredi 23 juil 2014 à 10:51

    L' agresseur pose ses conditions : cela ne peut conduire à une solution