Gaza : Israël prolonge la trêve humanitaire, le Hamas refuse

le
0
Gaza : Israël prolonge la trêve humanitaire, le Hamas refuse
Gaza : Israël prolonge la trêve humanitaire, le Hamas refuse

Fragile, le cessez-le-feu de douze heures accepté tard vendredi soir par Israël et le Hamas s'est achevé à 19 heures dans la bande de Gaza (20 heures locales). Vers 19h15, des tirs de roquettes ou d'obus de mortiers ont de nouveau été tirés sur le sud d'Israël.

Quelques heures plus tard, le gouvernement israélien a cependant décidé d'accéder à la demande de l'ONU et de prolonger la trêve humanitaire jusqu'à dimanche soir, tout en prévenant qu'il répliquerait si son territoire était visé. De son côté, le Hamas a annoncé qu'il refusait cette trêve.

Les efforts diplomatiques se sont poursuivis samedi. A Paris, après dix-huit jours d'offensive israélienne, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a reçu le secrétaire d'Etat américain John Kerry, ainsi que leurs homologues britannique, allemand, italien, qatari, turc et de l'Union européenne. Ils ont appelé «à un cessez-le-feu durable».

A Gaza, les Palestiniens pleurent plus de 1049 morts depuis le 8 juillet ainsi qu'environ 6000 blessés. Avec le répit de la trêve, la découverte de corps dans les décombres a continué d'alourdir le bilan. Du côté israélien, l'armée de l'Etat hébreu déplore 42 décès dans ses rangs tandis que deux civils israéliens ont également trouvé la mort.

Alors que la communauté internationale dénonce d'énormes pertes civiles, dont près de 200 enfants palestiniens selon l'Unicef, une nouvelle manifestation pro-palestinienne s'est déroulée à Paris malgré son interdiction.

>> Revivez les événements de ce samedi :

23h50. Le Hamas rejette la prolongation de 24 heures de la trêve humanitaire décrétée par Israël . «Aucune trêve humanitaire n'est valable sans retrait des tanks israéliens de la bande de Gaza et sans que les habitants ne puissent retourner dans leurs maisons et que les ambulances transportant les corps soient libres de circuler à Gaza», a déclare Fawzi Barhoum, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant