Gaz : la Russie mise sur la Chine et le Japon

le
0
Le Kremlin souhaiterait que ses exportations de pétrole dans la région Asie-Pacifique atteignent 22 à 25 % d'ici à 2020, contre 9 % aujourd'hui (20 % pour le gaz).

La folle demande énergétique asiatique fait tourner les têtes à Moscou. La Russie a confirmé lundi son souhait de tripler d'ici à dix ans ses livraisons de pétrole à la région Asie-Pacifique. L'annonce a été faite lors du sommet des vingt-deux pays de l'Apec (Coopération pour l'Asie-Pacifique), qui s'est ouvert à Vladivostok, la capitale de l'extrême Orient russe. «En 2020, la consommation du Japon, de la Corée du Sud et de la Chine représenteront 50 % de la consommation énergétique mondiale», a rappelé l'ambassadeur russe pour l'Énergie auprès de l'Apec, Gleb Ivachentsov. Parallèlement, la demande européenne, sur laquelle la Russie a traditionnellement construit son offre, devrait stagner.

Pour les principaux opérateurs, Rosneft et Gazprom, le tableau asiatique est alléchant: le prix du gaz vendu à l'Asie est devenu pratiquement équivalent à celui du pétrole, soit le double des prix de vente pratiqués sur le Vieux Continent (600 à 700 dollars les mill

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant