Gaz : la concurrence s'emballe

le
1
L'opération de l'UFC-Que choisir se termine après avoir suscité un véritable engouement.

Dernière ligne droite pour l'opération «Gaz moins cher ensemble» lancée par l'UFC-Que choisir. Les consommateurs ont jusqu'à lundi soir pour souscrire sur Internet à l'offre du belge Lampiris, l'opérateur sélectionné par l'association de consommateurs et qui s'est engagé à faire une proposition tarifaire au moins 13% moins chère que les tarifs réglementés pour les particuliers. Selon les dernières remontées d'information, on pourrait enregistrer entre 130.000 et 135.000 préinscrits, au terme d'un processus de six semaines.

«À circonstances exceptionnelles, démarche exceptionnelle: alors que les consommateurs sont arc-boutés sur les tarifs réglementés, nous voulons montrer qu'une alternative est envisageable, explicite Cédric Musso, directeur des relations institutionnelles à l'UFC-Que choisir, l'engouement constaté montre que la création d'un pouvoir de marché des consommateurs pour dynamiser la concurrence est possible.» Pour sélectionner un opérateur, l'association avait fixé trois critères préalables: un prix attractif, un cadre contractuel sûr, enfin une capacité à traiter les réclamations.

Chez Lampiris, son directeur développement France, Julien Tchernia, rappelle d'abord que le groupe a déjà expérimenté en Belgique ce type d'initiative commerciale. «Une fois les préinscriptions confirmées, nous espérons un taux de souscription de 30% à 50%.» Pour le moment, le portefeuille du belge dans l'Hexagone s'élève à environ 12.500 compteurs. Quel rabais accordera finalement Lampiris à ses nouveaux clients? «Nous espérons aller au-delà des 13% mais le prix ne peut être calculé qu'au dernier moment, fonction à la fois des volumes de gaz à traiter et de la répartition géographique des inscrits», poursuit Julien Tchernia. Indépendamment de ces précautions, certains observateurs soulignent déjà que Lampiris pourrait descendre à 15%.

«Stabilité tarifaire»

Même si le marché des particuliers reste largement dominé par GDF Suez, la concurrence qui frémit donne des idées à plusieurs fournisseurs. «Les consommateurs recherchent avant tout de la visibilité et de la stabilité tarifaire, souligne Daniel Fava, directeur général d'Eni France, la filiale hexagonale du groupe pétrolier italien, un contrat d'un an, c'est trop court dans la mesure où cela crée de l'anxiété chez le consommateur qui craint que sa facture ne s'envole douze mois plus tard.»

L'offre «Horizon Assistance» d'Eni conjugue en l'occurrence un prix fixe pendant trois ans avec une assistance chaudière et plomberie. Actuellement, Eni France alimente 250.000 clients particuliers et vise le cap des 650.000 fin 2016. La bataille entre les uns et les autres ne fait que commencer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zzzle le mardi 26 nov 2013 à 09:45

    Cette concurrence est elle loyale?Je voudrais avoir la réponse d'UFC-Que choisir!