Gaz : faut-il quitter GDF Suez ?

le
0
Le prix du gaz ne cesse d'augmenter. Quitter GDF Suez pour un autre fournisseur de gaz peut s'avérer intéressant. Avec Le Particulier.
1- Où trouver l'offre des concurrents de GDF Suez?

La démarche est très simple: il suffit de se connecter au site énergie-info. Développé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et le médiateur national de l'énergie, ce site répertorie onze fournisseurs de gaz, présents au plan national. Une fois votre consommation annuelle en kilowattheures ou le montant de votre facture mensuelle ou annuelle en euros renseignés, vous pourrez comparer votre offre actuelle aux autres tarifs disponibles dans votre commune.

2 Passer à l'offre d'un fournisseur alternatif permet-il de réaliser des économies?

Oui. Pour les ménages chauffés au gaz, l'écart entre le tarif réglementé de GDF Suez et l'offre des fournisseurs alternatifs peut atteindre de 12 à 15 % en faveur de ces derniers. D'autre part, alors que le tarif réglementé augmente régulièrement, vous pouvez opter pour une offre à prix fixe chez les opérateurs alternatifs. Vous paierez environ 10 % de plus immédiatement, mais vous ne subirez plus la hausse du tarif réglementé, sur lequel la plupart de ces autres offres sont indexées. Et à l'issue de votre période d'engagement d'un ou deux ans, vous serez libre de souscrire où vous voulez, voire de retourner chez GDF Suez pour bénéficier à nouveau du tarif réglementé (loi no 2010-607 du 7.6.10). Sachez enfin que si vous quittez le fournisseur historique pour un alternatif, vous n'aurez aucun frais de résiliation à payer et que le changement de fournisseur sera immédiat.

3 Le tarif réglementé devrait-il augmenter dans les années à venir?

La loi prévoit que le tarif réglementé prenne en compte l'ensemble des coûts du fournisseur (transport, distribution...). En juin dernier, GDF Suez avait réclamé une hausse de 7,3 % du tarif réglementé. Chargée de vérifier la conformité des demandes de changements tarifaires à la formule légale de calcul, la CRE avait donné son feu vert. Mais en dernier recours, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a refusé la demande de GDF Suez pour limiter la progression à 2 %. La position du gouvernement risque toutefois d'être difficile à tenir dans la durée. Ainsi, avant lui, le gouvernement de François Fillon avait, lui aussi, refusé une demande d'augmentation de GDF Suez en septembre 2011. Pour contester cette décision, l'opérateur historique et l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), qui regroupe plusieurs fournisseurs alternatifs de gaz, avaient saisi le Conseil d'État. Et le 10 juillet, ce dernier a annulé l'arrêté ministériel du 29 septembre 2011 et remis ainsi en cause le gel du tarif sur la période du 1er octobre au 31 décembre 2011. GDF Suez va donc facturer en moyenne 38 ¤ supplémentaires aux ménages chauffés au gaz. Et si le gouvernement s'obstinait à freiner la hausse des tarifs, les fournisseurs n'excluent pas de déposer un nouveau recours devant le Conseil d'État. À terme, le tarif risque donc encore de grimper.

LIRE AUSSI:

» Un numéro de téléphone pour s'informer sur les prix de l'énergie

» Gaz/Electricité: des abonnés piégés par la facture unique

» L'Etat affronte GDF sur le prix du gaz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant