Gaz, eau et électricité: un luxe pour bien des familles espagnoles

le
10
Chez Mohamed Chairi, dans la banlieue de Barcelone, ici le 21 novembre 2016, on est passé du gaz de ville au butane, moins cher ( AFP / LLUIS GENE )
Chez Mohamed Chairi, dans la banlieue de Barcelone, ici le 21 novembre 2016, on est passé du gaz de ville au butane, moins cher ( AFP / LLUIS GENE )

Couper le chauffage, s'éclairer à la chandelle ou se doucher une seule fois par semaine: en Espagne, des millions de victimes de "misère énergétique" sont étranglées financièrement par les factures d'électricité.

Cet état de fait, dénoncé par les ONG depuis des années, est brutalement passé au premier plan, quand Rosa, une octogénaire de Reus, en Catalogne (nord-est), est morte dans l'incendie de sa maison le 13 novembre, provoqué par la bougie dont elle se servait faute d'électricité.

"Quelle horreur que des gens meurent de misère énergétique en Espagne", s'est indigné le chef du parti de gauche radicale Podemos, Pablo Iglesias lors d'une séance parlementaire mercredi.

"Nous exigeons que vous décrétiez immédiatement une trêve hivernale", a aussi réclamé l'élue socialiste Pilar Lucio en s'adressant au chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy.

"Rosa, brûlée car pauvre" dénonce un manifestant, le 19 novembre 2016 à Madrid, six jour
"Rosa, brûlée car pauvre" dénonce un manifestant, le 19 novembre 2016 à Madrid, six jours après la mort dans un incendie d'une retraitée s'éclairant à la bougie ( AFP/Archives / PIERRE-PHILIPPE MARCOU )

La mesure est en principe prévue par une directive européenne qui date de 2009, mais Pedro Martinez, l'attend toujours.

Au chômage depuis 2013, ce Barcelonais divorcé de 48 ans n'a plus qu'une aide de 426 euros par mois pour vivre et le peu qu'il lui reste de son indemnité de licenciement. Il doit avec cette somme nourrir ses deux enfants: un fils de 20 ans et une fille de 23 ans souffrant d'un handicap mental.

"En hiver, c'est dur. On n'a qu'un chauffage électrique, qu'on allume très peu par peur de la facture", dit-il.

"Le froid transperce. On se couvre, et le soir, on se prend toutes les couvertures qu'on a et on supporte le froid comme on peut", ajoute-t-il en craignant de ne plus pouvoir payer ses factures dans trois mois.

Entre 2008 et 2013, l'Espagne a traversé une très douloureuse crise ayant entrainé des taux de chômage record, jusqu'à 27% en 2013.

En même temps, les tarifs des services publics de l'eau, du gaz et de l'électricité ont explosé. L'augmentation a atteint 30 à 50% selon les statistiques officielles et les compagnies sont régulièrement pointées du doigt pour l'opacité de leurs tarifs.

-"Biens de luxe"-

"Pour beaucoup de familles, l'eau, l'électricité ou le gaz sont des biens de luxe", explique Tere Bermudez, porte-parole à Barcelone de Caritas. De 2007 à 2015, l'ONG a multiplié par 30 les aides au paiement des factures.

Mohamed Chairi, un Marocain sans emploi de 37 ans installé depuis dix ans en Espagne est l'un des bénéficiaires de ces aides.

Le fils de Badder Chairi devant un radiateur électrique éteint, le 21 novembre 2016 dans la banlieue de Barcelo
Le fils de Badder Chairi devant un radiateur électrique éteint, le 21 novembre 2016 dans la banlieue de Barcelone ( AFP / LLUIS GENE )

"On se douche une fois par semaine, le vendredi, pour que les enfants soient propres le week-end", explique-t-il.

Dans un coin du salon, son fils joue avec un radiateur électrique éteint. Depuis que l'appareil est en panne ils s'en passent. La famille a renoncé au gaz de ville au profit des bonbonnes de butane, beaucoup moins chères.

La facture d'électricité vient d'arriver dans son petit appartement de Badalona, une banlieue ouvrière au nord de Barcelone. Les 24 euros à payer assombrissent son visage, alors que les maigres revenus tirés des ménages de sa femme, 250 euros, ne couvrent même pas les loyers.

"Si moi, je dois avoir faim ou me retrouver sans lumière, ça va, mais les enfants...", dit-il.

-Se chauffer en brûlant des journaux-

En 2015, selon l'Institut national des statistiques (INE), 10,6% des Espagnols n'ont pas pu chauffer convenablement leur logement. En 2008, ils étaient 5,9%.

Pablo Iglesias, chef de Podemos, manifeste le 19 novembre 2016 devant une société énergétique &ag
Pablo Iglesias, chef de Podemos, manifeste le 19 novembre 2016 devant une société énergétique à Madrid, après la mort dans un incendie d'une octogénaire qui s'éclairait à la bougie ( AFP/Archives / PIERRE-PHILIPPE MARCOU )

Selon l'Association de sciences de l'Environnement, spécialiste du sujet, cette situation cause la mort de 7.100 personnes par an.

Les pompiers de la région de Catalogne ont aussi alerté des risques. "Nous avons trouvé des gens qui se chauffaient en faisant du feu avec des journaux ou même des chaussures", assure le porte-parole d'un syndicat de pompiers, Antonio del Rio.

En 2015, le prix du gaz pour les foyers en Espagne était le troisième plus élevé de l'Union européenne, et celui de l'électricité le quatrième, selon la Commission européenne.

Du coup, en dépit du retour de la croissance (+3,2% en 2015) au moins 600.000 foyers incapables de payer la note ont subi une coupure d'électricité en 2015, selon l'association de consommateurs Facua.

"D'en haut, ils nous parlent de reprise, mais quand tu descends dans la rue, tu ne la vois nulle part", affirme Pedro Martinez.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a une semaine

    L'AFP, ou comment tourver un cas particulier pour en faire une généralité incontestable. Faut pas s'étonner après si les gens vont s'informer ailleurs.

  • dbourgeo il y a une semaine

    Ce luxe arrive bientôt pour la France.

  • Renjik il y a une semaine

    Quel misérabilisme ! Ce père est chômeur depuis l'âge de 27 ans, et glande depuis 10 ans. Sa femme est son esclave, puisqu'elle fait les ménages, la popotte, et élève le fils (sauf pour aller à la mosquée, peut-être). Le fondamentalisme n'est pas dû à la pauvreté, mais au fainéantisme. L'AFP à l'origine de cet article démagogique, n'est pas différente de Russia Today. Elle sert l'idéologie dominante, qui la rémunère. Ce gars devrait aller travailler comme manutentionnaire, s'il était décent.

  • jmlhomme il y a une semaine

    @spartakuC'est tout le contraire de ce que tu annonces.... encore 5 ans de Hollande et d'assistanat..et nous sommes l'Espagne avec 15 % de chomeurs.. Au contraire l'Espagne a du soleil en trop... Production d'energie illimitée en la convertissant en Hyfrogene.... plus de voiture ou autre vehicule à Hydrocarbure...venant de l'etranger.. uniquement des vehicules hydrogene et des maisons chauffées à l'hydrogene et alimentées par la meme pile à combustible.... Bref les espagnols travaillent ...

  • michka21 il y a une semaine

    C'est pas faux Sparta... N oublions pas que nos patron des entreprises du CAC 40 on t vu leurs remunérations augmentées de 20% en moyenne l'an dernier, perso, je peine a retrouver un boulot en baissant mon salaire de 35%, et on nous parle d'augmenter la TVA de 2 points alors que l'on a la fiscalité la plus elevee d'Europe. Je ne parle pas des elus du conseil regional de Bourgogne qui se sont auto augmenté de 20% cette année...

  • f5gbi il y a une semaine

    Regarde autour de toi et tu t'apercevras qu'il n'y a pas que les patrons et autres riches qui vivent très bien, les aides sociales étant du même niveau que le revenu du travail pour beaucoup !

  • Spartaku il y a une semaine

    Voilà l'avenir des travailleurs français aprè deux ou trois ans de fillonisme intense .... alors que les caisses de nos chers patrons du cac et les coffres de nos riches exilés fiscaux déborderont de toutes parts ...

  • gisclar4 il y a une semaine

    on voit les conséquences des cures d’austérité imposées par le FMI et l'europe sur les plus faibles. pendant ce temps les nantis se gavent

  • naudin45 il y a une semaine

    Moi aussi, je compte sur le réchauffement climatique annoncé pour réduire ma facture de chauffage.

  • lorant21 il y a une semaine

    Heureusement, il fait ce jour 14° à Barcelone avec du soleil: pas de risque de décéder de froid. On peut toujours émouvoir avec ce genre d'histoire bien triste (bien choisir son exemple: une handicapée cela ajoute à l'émotion). On doit pouvoir trouver des exemples en Suisse ou dans le 16ième à Paris. Mais si l'exemple de Podemos est le Venezuela, je ne pense pas qu'il soit très bon et que probablement ce qui est fait en Espagne sera plus efficace..