Gaz : délai allongé au 30 septembre pour quitter les tarifs réglementés

le
0
Gaz : délai allongé au 30 septembre pour quitter les tarifs réglementés
Gaz : délai allongé au 30 septembre pour quitter les tarifs réglementés

Quelques 10.000 professionnels ou copropriétés abonnés au gaz avaient jusqu'à la fin du mois pour quitter les tarifs réglementés et migrer vers une offre de marché. Ils bénéficieront en définitive d'un délai supplémentaire de trois mois pour le faire. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a décidé en effet de prolonger jusqu'au 30 septembre prochain l'alimentation en gaz de ces consommateurs, en échange d'un prix de vente du gaz majoré de 20% par rapport au tarif réglementé.

Initialement, ces consommateurs retardataires bénéficiaient d'une période transitoire de six mois, jusqu'au 30 juin, pour se mettre en conformité avec la suppression des tarifs réglementés pour leur catégorie de clientèle. Après une première étape le 19 juin 2014, qui ne concernait que quelque 1.000 très gros consommateurs, ces tarifs ont disparu depuis le 1er janvier pour tous les clients professionnels et les syndicats de copropriété dont le niveau de consommation dépasse 200 mégawattheures (MWh) par an.

Ces derniers doivent souscrire une offre de marché, chez l'opérateur historique GDF Suez ou l'un de ses concurrents. Ceux qui ne l'ont pas fait ont été basculés automatiquement sur une «offre de transition», à savoir une offre de marché chez leur opérateur actuel. Mais cette possibilité disparaîtra le 30 juin.

Pour la CRE, cette situation démontre que «les consommateurs concernés n'ont pas suffisamment été informés sur la fin des tarifs réglementés» et que «la concurrence des offres des fournisseurs alternatifs face aux fournisseurs historiques est faible». Un problème qu'elle avait déjà souligné à plusieurs reprises, et qui est toujours d'actualité alors qu'une troisième étape se profile.

Le 1er janvier 2016, tous les clients non résidentiels dont la consommation excède 30 MWh par an, soit environ 564.000 sites (petits artisans, petits commerces, etc), devront avoir souscrit à une offre de marché. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant