Gaz de schiste : les pétroliers à l'offensive

le
4

Le 13 juillet 2011, à l'issue de plusieurs mois de mobilisation des collectifs anti-gaz de schiste, la France interdit la fracturation hydraulique, fermant de fait la porte aux projets de forages d'hydrocarbures dans le sous-sol hexagonal. Un an plus tard, lors de la première conférence environnementale, François Hollande réaffirme son opposition à cette méthode très controversée visant à fissurer la roche au moyen d'eau et de produits chimiques. Mais malgré une loi et un veto présidentiel, les pétroliers n'ont pas jeté l'éponge. Saisi par la compagnie texane Schuepbach, le Conseil constitutionnel doit se prononcer aujourd'hui sur la légalité de l'interdiction de la fracturation hydraulique.

La loi pourrait être invalidée

La société américaine, privée depuis 2011 de ses permis d'exploration à Nant dans l'Aveyron et à Villeneuve-de-Berg en Ardèche, estime que la loi constitue une application « trop rigoureuse » du principe de précaution. Si les Sages valident ce matin la loi française, Schuepbach pourrait réclamer plus de 1 Md? d'indemnisation à l'Etat français. Si le Conseil constitutionnel décide en revanche de censurer la loi, le ministre de l'Ecologie a d'ores et déjà prévenu que le gouvernement était « prêt à déposer » un nouveau texte « pour ne pas laisser de faille (dans laquelle des industriels) pourraient s'engouffrer ».

« En 2011, des élus locaux de tout bord, interpellés par leurs administrés, étaient montés au créneau contre les gaz de schiste car ils ne voulaient pas de forages chez eux, rappelle Arnaud Gossement, avocat spécialiste de l'environnement. A quelques mois des municipales, je vois mal le gouvernement rouvrir les vannes sur ce dossier. Et quand bien même la loi serait déclarée anticonstitutionnelle, l'administration chargée d'examiner les demandes de permis garderait son pouvoir de police. Elle pourrait donc étudier au cas par cas chaque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 11 oct 2013 à 10:25

    Les écolos contre le nucléaire, les écolos contre le gaz de schiste , ils devraient s'installer autour des centrales à charbon ils apprécieraient certainement la pureté de l'air et la sécurité sanitaire que procure ce combustible ou bien revenir à la bougie et au cheval.

  • dotcom1 le vendredi 11 oct 2013 à 10:14

    Ce ne sont pas les pétroliers mais les Sages qui se prononceront ce matin sur la constitutionalité de cette interdiction. Cette réponse s'imposera à tous, comme ceux qui mettent en avant des argument idéologiques plutôt que scientifiques.

  • M9228590 le vendredi 11 oct 2013 à 09:48

    Aucune energie n est propreMm les solaires et eolienne utilisent lesterres raresQui sont extraite avec bcq de degat enviro

  • pichou59 le vendredi 11 oct 2013 à 09:31

    Gaz de schiste PROPRE / OUI. IL FAUT POURSUIVRE LA RECHERCHE.