Gaz de schiste : les « anti » restent plus que jamais mobilisés

le
0
Les anti-gaz de schiste ne se contentent pas des dernières annonces présidentielles et redoutent à terme une autorisation de l?exploration des hydrocarbures de roche-mère sur le territoire national.
Les anti-gaz de schiste ne se contentent pas des dernières annonces présidentielles et redoutent à terme une autorisation de l?exploration des hydrocarbures de roche-mère sur le territoire national.
Ils étaient plusieurs milliers à se réunir samedi dans le cadre de la Journée mondiale contre la fracturation hydraulique.

Les déclarations du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg au début de l'été selon lesquelles le dossier pourrait être rouvert, nécessités de dégager des profits et de relancer la croissance obligent, ont fait craindre le pire, d'autant que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en a remis une couche quelques jours plus tard. François Hollande n'a cependant pas souhaité revenir sur l'interdiction de la fracturation hydraulique, méthode d'extraction des gaz de schiste aux méfaits écologiques incontestables, persona non grata dans nos frontières depuis l'adoption de la loi Jacob en juillet 2011. Une loi à laquelle, rappelons-le, le Parti socialiste et EELV (Europe Ecologie-Les Verts) s'étaient opposés, préconisant à sa place ? les temps ont changé ? la proscription « nette » de l'exploration et par voie de conséquence de l'exploitation des hydrocarbures de roche-mère dans l'Hexagone au nom du principe de précaution.

Le chef de l'Etat a par ailleurs indiqué lors de la Conférence environnementale avoir confié à la ministre de l'Ecologie Delphine Batho le soin de « prononcer sans attendre le rejet de sept demandes de permis déposés auprès de l'État ». Cette décision a été saluée par les associations de protection de l'environnement et les collectifs citoyens anti-ga
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant