Gaz de schiste : La polémique à nouveau relancée

le
0
La ministre de l'Écologie Delphine Batho et l'ex-président d'EADS se sont vivement opposés au sujet des gaz de schiste.
La ministre de l'Écologie Delphine Batho et l'ex-président d'EADS se sont vivement opposés au sujet des gaz de schiste.
Un mois à peine après que François Hollande, durant l'inauguration de la Conférence environnementale, ait martelé son opposition à la remise en cause de la loi sur l'interdiction de la fracturation hydraulique...
Organisée quelques jours plus tard, la Journée nationale d'action contre les gaz de schiste, sujet brûlant dans l'opinion publique française, a montré que les écologistes et les associations de protection de l'environnement dans leur ensemble restaient sur leurs gardes. Et pour cause : de nombreuses demandes de permis restent « dans les tuyaux », pour reprendre l'expression de l'eurodéputée et présidente de Cap21 Corinne Lepage, par ailleurs bien placée pour rendre compte des pressions considérables qui existent sur le plan communautaire et qui nous a accordé une longue interview la semaine dernière.
Les pétroliers n'ont pas désarmé, loin de là, tandis que la présidente du MEDEF (Mouvement des entreprises de France) Laurence Parisot, pour citer l'une des « pro-gaz de schiste » les plus affirmées du moment, n'a de cesse d'appeler à franchir le Rubicon. Ses arguments ne sont pas différents de ceux brandis par Total et consorts : exploiter les hydrocarbures de roche-mère réduirait substantiellement notre déficit commercial et, outre l'indépendance énergétique si chère à tous les pouvoirs publics, amènerait de nombreuses créations d'emplois encore moins négligeables en cette période de crise économique majeure.
Telle est
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant