Gaz de schiste : la Grande-Bretagne franchit le Rubicon

le
0
La décision du gouvernement britannique au sujet des gaz de schiste peut-elle influencer son homologue français ?
La décision du gouvernement britannique au sujet des gaz de schiste peut-elle influencer son homologue français ?
Les forages d'exploration reprendront l'an prochain?
Les écologistes et les associations de protection de l'environnement ne diront pas autre chose : en la matière, la France ne saurait prendre exemple sur la Grande-Bretagne. Les observateurs les plus attentifs doivent aussi se remémorer les bonnes intentions originelles du gouvernement de coalition de David Cameron qui, officiellement, ambitionne de devenir une locomotive de la lutte contre le réchauffement climatique.
Des paroles aux actes, il y a cependant un grand pas que tous ne franchissent pas, surtout en politique. Certes, tout n'est pas à jeter. Certes, Londres a mis la gomme pour développer l'éolien offshore et plus largement encourager la réduction des émissions nationales de gaz à effet de serre. Mais personne n'objectera que reprendre les forages d'exploration pour au bout du compte exploiter les huiles, pétroles et gaz de schiste, nouvelles mesures de contrôle (c'est le cas ici) ou non, n'est pas le meilleur moyen d'endiguer la hausse du thermomètre mondial.
« Le gaz de schiste représente une nouvelle ressource énergétique potentielle prometteuse pour la Grande-Bretagne et peut contribuer significativement à notre sécurité énergétique en réduisant notre dépendance vis-à-vis du gaz importé », a justifié le ministre de l'Energie et du Changement climatique Edward Davey, cité par nos confrères de LCI. Et d'évoquer les bienfaits économiques et les créa
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant