Gaz de schiste : l'UE renonce à encadrer la fracturation hydraulique

le
0
Gaz de schiste : l'UE renonce à encadrer la fracturation hydraulique
Gaz de schiste : l'UE renonce à encadrer la fracturation hydraulique

A l'heure où chacun des 28 Etats membres de l'Union européenne (UE) n'en fait qu'à sa tête en matière d'exploitation du gaz de schiste, la Commission européenne était attendue au tournant ce mercredi pour offrir un nouveau cadre juridique à cette activité en plein essor, particulièrement prisée des Britanniques et des Polonais mais toujours interdite en France. L'objectif était d'établir des règles communes pour encadrer la fracturation hydraulique, ou fracking à grande échelle. Cette technique d'extraction consiste à fracturer la roche en y injectant des litres d'eau mélangée à du sable et des produits chimiques, et comporte des risques pour les nappes.

Une simple recommandation non contraignante

Alors que les défenseurs de l'environnement s'attendaient à un texte contraignant, la Commission n'a adopté ce matin qu'une simple recommandation, que les Etats membres ne seront aucunement obligés d'appliquer. Elle «invite» chaque Etat membre souhaitant se lancer dans l'exploitation de ce gaz non conventionnel à suivre une série de «principes minimaux», selon les termes du commissaire à l'Environnement, Janez Potocnik, qui reconnaît que «le gaz de schiste suscite des espoirs dans certaines régions d'Europe, mais également des inquiétudes».

Avant d'accorder une concession à une entreprise, il faudrait désormais «évaluer rigoureusement les incidences sur l'environnement et les risques associés», «veiller à ce que l'intégrité du puits corresponde aux meilleures pratiques» et «contrôler la qualité de l'eau, de l'air, des sols au niveau local avant le début des activités, afin de détecter d'éventuels changements et de parer aux risques émergents», préconise le texte, sans détailler la façon dont ces études devraient être menées.  Il faudrait aussi «informer le public des produits chimiques utilisés dans les différents puits» et «veiller à ce que les exploitants appliquent les bonnes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant