Gaz de schiste : François Hollande est toujours contre, mais reste "open"

le
1
Gaz de schiste : François Hollande est toujours contre, mais reste "open"
Gaz de schiste : François Hollande est toujours contre, mais reste "open"

Dans son intervention, hier face à la presse, François Hollande a rappelé qu'il était contre la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste. Mais il a dit aussi qu'il ne pouvait pas empêcher la recherche dans ce domaine, ouvrant ainsi la porte, en creux, à une acceptation ultérieure de l'exploitation de cette source d'énergie:

"La recherche est possible sur d'autres techniques que celle de la fracturation hydraulique. Pour l'instant, cette recherche n'a pas abouti, je ne peux pas l'interdire, elle n'est pas interdite par la loi" a -t-il précisé.

Bien entendu la recherche n'est pas interdite. Elle va continuer au niveau international. Et les chercheurs n'ont pas besoin de son feu vert pour le faire. Et on finira bien par trouver, tant les pressions politiques et économiques sont fortes, une autre solution technique qui sera présentée bien entendu comme parfaitement écologique, sans utilisation de produits chimiques corrosifs pour attaquer la roche, sans recourir à de très fortes pressions hydrauliques pour libérer et extraire les gaz... sans conséquences néfastes donc sur les nappes phréatiques, et sur l'environnement, et qui finira par être acceptée...

La France n'est-elle pas, comme vient de le préciser Michel Rocard , "un pays béni des Dieux" pour ses réserves de gaz de schiste ? Nous n'allons quand même pas passer à côté de cette source d'énergie dont la France regorgerait pour des " pécadilles "

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2135936 le mercredi 14 nov 2012 à 17:27

    Mobilisons tous les chercheurs du CNRS et qu'ils prouvent leur utilité : c'est un enjeu national.