Gayà, de haut en bas .

le
0
Gayà, de haut en bas .
Gayà, de haut en bas .

Fini les Jordi Alba et Juan Bernat. La nouvelle star du couloir gauche du FC Valence se nomme José Luis Gayà et affiche seulement 19 printemps. Plus qu'une reproduction de ses illustres prédécesseurs, le natif de Pedreguer a un passif très offensif et un présent plus défensif. Attention, crack en puissance.

"Paterna est l'un des meilleurs centres de formation d'Espagne, il a sorti de grands joueurs. Aujourd'hui, il se trouve que ce sont de bons latéraux gauches qui en sortent, comme Jordi, ou un de mes amis, Gayà." Juan Bernat, 21 ans en octobre dernier, ne savait pas trop où se mettre pour sa première conférence de presse avec le survêtement de la Roja. De même, il ne savait pas comment expliquer l'incroyable profusion d'arrières gauches de la Cantera de Valence. En revanche, en évoquant son dit ami, José Luis Gayà, le désormais Bavarois a vu juste : le petit dernier est un diamant brut. Une pépite qui n'avait connu qu'une seule apparition en Liga avant cet exercice, mais qui s'est accaparé le couloir gauche avec une précocité rare. Pour son coach, Nuno Espirito Santo, "Gayà est le joueur qui m'a le plus surpris en bien, tant par sa jeunesse que pour son envie de travailler". De fait, il a déjà disputé 19 des 20 journées de championnat, et figure parmi les quatre éléments les plus utilisés par son entraîneur. Portrait d'un enfant pressé.
100 kilomètres à pied, ça use...
Après avoir vu le jour sur les bords de la Méditerranée au printemps 1995, José Luis Gayà délaisse rapidement le sable pour les prés. Sur le rectangle vert, il ne tarde pas à taper dans l'œil des scouts du FC Valence. Son surnom de "pêcheur de buts" n'y est pas étranger, lui, le petit attaquant Speedy Gonzalez. Entre son Pedreguer natal et la capitale de la communauté valencienne, il y a une côte en commun, mais tout de même 100 bornes d'écart. Un kilométrage qu'il va donc effectuer chaque jour, aller-retour, à partir de ses onze ans. Son passage chez les Chés se fait sans encombre. Il continue à empiler les buts, sur demi-terrain puis sur grand, avec une facilité déconcertante propre aux gauchers. Pourtant, malgré une première saison à 60 buts et un exercice suivant du même acabit, "je passe au fur et à mesure au poste d'ailier, puis de latéral", relate l'intéressé dans les colonnes de Marca. À 16 ans, une fois installé en réserve, il ne cesse d'alterner entre ces deux positions. Avant que la direction sportive du club ne décide, le 1er février 2014, de le propulser en équipe première.

Pour son ancien entraîneur, Vicente Castro, la mue du gaillard s'est décidée "lors d'un match face à Elche, lorsqu'il avait 12, 13...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant