Gattaz à Macron : «Vous pouvez compter sur le Medef»

le , mis à jour le
21
Gattaz à Macron : «Vous pouvez compter sur le Medef»
Gattaz à Macron : «Vous pouvez compter sur le Medef»

Pour la clôture de l'université d'été du Medef, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a appelé, jeudi soir à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines, les entrepreneurs à prendre leur «responsabilité» dans la transformation de l'économie française. Il les a notamment exhortés à investir «maintenant», alors que le pacte de responsabilité sera «pleinement déployé».

«Vous pouvez compter sur le Medef», lui a répondu Pierre Gattaz, le patron des patrons. Auparavant, dans la matinée à Léognan, en Gironde, Emmanuel Macron, qui boucle sa première année à Bercy, avait été ovationné par les Réformateurs du PS.

«Votre responsabilité, c'est de prendre votre part de ce mouvement de transformation de notre économie», a déclaré le ministre devant un parterre de chefs d'entreprise réunis sur le campus d'HEC. «Ce n'est pas le gouvernement seul qui peut y répondre», a insisté Emmanuel Macron que le Medef verrait volontiers remplacer le ministre du Travail François Rebsamen. «Ne vous demandez pas ce que le pays peut faire pour vous», a-t-il exhorté. «Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le pays.»

«Je vous le dis avec toute la force de conviction dont je suis capable et qui m'est possible : investissez maintenant, prenez des risques maintenant», a-t-il plaidé. «Ce n'est pas uniquement la faute du personnel politique si les entreprises n'ont pas assez investi ces dernières années», a-t-il insisté. Il a fait ces déclarations alors que selon des chiffres de l'Insee publiés dans la matinée, les anticipations d'investissements pour 2015 des chefs d'entreprise dans l'industrie, interrogés en juillet, ont baissé par rapport à avril.

Macron attaque les 35 heures

Sur plusieurs points, il a donné raison au Medef, reconnaissant qu'il n'était «plus possible« de vivre avec une dépense publique équivalant à 57% du produit intérieur brut - un argument régulièrement brandi par le patron des patrons - ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le vendredi 28 aout 2015 à 09:27

    Pas pour la science infuse. Je vous l'ai déjà dis !

  • stricot le vendredi 28 aout 2015 à 09:17

    Hahah du JFK dans le texte, j'aime!

  • M7403983 le vendredi 28 aout 2015 à 09:17

    Mais oui, c'est cela, les journaleux de l'obs ont la science infuse ....

  • cmaignan le vendredi 28 aout 2015 à 09:13

    Et pourtant tellement plein de vérité.... Alors après ne venez pas vous plaindre que la France est en deficit.

  • M7403983 le vendredi 28 aout 2015 à 09:11

    cmaignan ; nouvelobs n'est pas ma tasse de thé !!!

  • cmaignan le vendredi 28 aout 2015 à 09:06

    Censuré : http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20150827.OBS4868/embaucher-un-refugie-oui-mais-disent-les-patrons-du-medef.html

  • M3369045 le vendredi 28 aout 2015 à 08:43

    Prochaine étape : Exonération de TVA pour l'achat de fouets !

  • M7403983 le vendredi 28 aout 2015 à 08:39

    Il faut positiver un tant soit peu, sinon c'est direction ... La Rochelle avec les adhérents de la mère tape dure (la mère du Nord) !!!

  • M7097610 le vendredi 28 aout 2015 à 08:36

    Gattaz parle de la dépense publique insurmontable à 57 % du PIB et Macron dénonce les 35 heures ....parle t ils la même langue. C'est la fonction publique qu'il faut reformer ! c'est le boulet de la compétitivité française

  • M7403983 le vendredi 28 aout 2015 à 08:33

    En fait, Macron remonte "un peu" dans mon estime. Encore quelques preuves d'amour à donner, mais il est sur le bon chemin.