Gaston de fer

le
0
Gaston de fer
Gaston de fer

En seulement quelques mois, le jeune Uruguayen Gaston Pereiro aura réussi à s'imposer dans l'effectif pléthorique du PSV. Un gamin que l'on compare déjà à Robin van Persie aux Pays-Bas, alors que lui ne jure que par son idole, Álvaro Recoba.

L'été dernier, lorsque le PSV a décidé de remplacer sa pépite Memphis, partie du côté de Manchester United, le club d'Eindhoven a lui aussi regardé vers l'ouest, mais plus loin que la perfide Albion. Loin, très loin, de l'autre côté de l'Atlantique. En Uruguay, précisément, où les Boeren sont allés chercher Gaston Pereiro. Un grand gaillard (1,88m pour 76kg) de vingt ans qui, malgré ses 39 petits matchs au Nacional Montevideo, a délesté le club néerlandais de sept millions d'euros – récoltant au passage le titre de quatrième transfert le plus cher du PSV après Dries Mertens, Mateja Kežman et Jan Vennegoor of Hesselink. Forcément, certains observateurs y voyaient un argent quelque peu mal dépensé après l'énorme plus-value réalisée sur le transfert de Depay (27 millions, pour rappel). Mais les vrais, ceux qui avaient suivi ses prestations avec le maillot de la Celeste lors des éliminatoires pour la Coupe du monde des U20, savent. Ou savaient, car désormais, Gaston Pereiro fait l'unanimité chez les Boeren, au point de causer des maux de têtes à Phillip Cocu quand vient le moment de composer le onze de départ du PSV.

L'Uruguay ou le football de survie

Un doublé face à l'Ajax pour sa première titularisation


En effet, le technicien batave connaît actuellement un problème de riche : en plus de l'inamovible Luuk de Jong, qui positionner dans ce trident d'attaque qui peut parfois se transformer en losange lorsque la tactique le demande ? Si Luciano Narsingh et Maxime Lestienne avaient les faveurs de Cocu en début de saison, ces derniers ont connu des fortunes diverses : une baisse de régime pour Narsingh, une loi de Murphy qui a bien collé aux crampons et au moral de Lestienne (parents décédés à un mois d'intervalle puis blessure à la reprise). Le moment idéal pour l'éclosion tardive d'un Jurgen Locadia qu'on croyait perdu pour le haut niveau mais surtout, une première chance à saisir pour Pereiro. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Uruguayen ne s'est pas raté : pour sa première titularisation avec le PSV, le natif de Montevideo a planté deux buts et offert la victoire finale face au rival Ajax (1-2 à l'ArenA et première défaite ajacide de la saison en Eredivisie). Par la…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant