Gaspillage : les supermarchés bientôt contraints à donner leurs invendus ?

le
7
Gaspillage : les supermarchés bientôt contraints à donner leurs invendus ?
Gaspillage : les supermarchés bientôt contraints à donner leurs invendus ?

Certaines enseignes le font déjà. Mais plusieurs députés veulent désormais contraindre les grandes surfaces à donner leurs invendus encore consommables aux associations caritatives. Une proposition de loi - que vous pouvez consulter ici - a été déposée en ce sens fin juillet. Objectif de cette initiative, adoptée plus tôt dans l'année en Belgique : lutter contre le gaspillage alimentaire, véritable «fléau de notre société de consommation». 

Réunis derrière le député UMP du Nord Jean-Puerre Decool, ils sont 63 parlementaires, majoritairement UMP mais également du centre et de gauche à avoir déposé ce texte, qui part d'un constat :  les mesures actuelles contre le gaspillage «ne suffisent plus». Ce sont en effet pas moins de 200 tonnes de déchets par an qui sortent de chaque grande surface chaque année, dont une grande partie est encore emballée. Certes, les consommateurs sont également responsables du gâchis alimentaire puisqu'ils jettent eux même 30 à 40 kg de nourriture à la poubelle. Mais «grâce à leur logistique et leur stock importants, les grandes surfaces de distribution peuvent pratiquer plus facilement le don alimentaire que de simples particuliers», estiment les parlementaires, qui prévoient donc d'astreindre les grandes surfaces de plus de 1000m2 à donner «leurs invendus alimentaires encore consommables à au moins une association caritative dans le secteur de l'aide alimentaire».

Un seuil de 1000 m2 que Jean-Pierre Decoll a justifié dans les colonnes du JDD. « Il faut que le magasin ait la possibilité, dans le cadre de sa gestion, de mettre en place ce dispositif. Cela aura tout de même un coût. Maintenant, cela peut peut-être pousser un supermarché ou un discounter de 700 m2 à faire de même de sa propre initiative», espère le député.

Bien accueilli par les associations qui en bénéficieront, ce texte pose toutefois plusieurs questions, notamment sur l'absorption du surcoût ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le mercredi 6 aout 2014 à 18:29

    Très drôle alors qu'aujourd'hui on leur interdit de le faire pour des problèmes sanitaires et de responsabilité. Même des ONG protestent si le produit offert n'est pas de première qualité ou a une date de péremption trop proche .

  • opelin le mercredi 6 aout 2014 à 17:57

    La solution que vont adopter les supermarchés : solder la veille de la date fatidique.Ce sera toujours mieux de vendre pas cher que de donner ET de risquer d'être attaqué pour des problèmes sanitaires. (Chaîne du froid)

  • M2833874 le mercredi 6 aout 2014 à 16:29

    Comme le dit LeRaleur, tout est compris dans la prix, donc si c'est vraiment mis en oeuvre c'est pas demain la veille qu'il va y avoir de la délfation en France.

  • M1736621 le mercredi 6 aout 2014 à 16:20

    Alors, je met mes tomates invendues dehors sous 30 °. Car, mes frigos, j'en ai besoin. Qui va se charger de préserver la chaine du froid qu'on m'impose? pour ces produits? pour leur transport? pour leur entreposage? pour leur distribution?

  • LeRaleur le mercredi 6 aout 2014 à 16:04

    N'importe comment tout est compris dans le prix de vente.

  • M4960905 le mercredi 6 aout 2014 à 15:52

    Quand on ne connait pas le métier, on légifère tout azimut

  • raich2 le mercredi 6 aout 2014 à 15:48

    A vérifier que ce surplus aille vraiment aux défavoriser et ne pas alimenter un marché secondaire.