Gaspillage alimentaire : moins de produits, moins de gâchis

le , mis à jour à 08:32
5
Gaspillage alimentaire : moins de produits, moins de gâchis
Gaspillage alimentaire : moins de produits, moins de gâchis

 

 

La data, c'est-à-dire le traitement d'un grand nombre de données informatiques, nouvelle arme contre le gaspillage alimentaire ? L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) livre aujourd'hui les résultats d'un travail mené pendant trois mois avec dix magasins de cinq enseignes de la grande distribution : Carrefour, Intermarché, Système U, Leclerc et Auchan.

 

« Cette opération est unique en son genre, explique Pierre Galio, chef du service consommation et prévention à l'Ademe. Nous avons croisé une méthode très classique d'audits, réalisés sur site, avec du big data, à savoir le traitement d'une très grande somme d'informations regroupées dans des ordinateurs. » Le tout s'est déroulé en trois phases. Les audits sur place et l'analyse des données, de novembre 2015 à février 2016. Puis l'élaboration du plan d'action avec les cinq distributeurs au mois de mars. Et enfin la mise en oeuvre de ces actions d'avril à juin. Parmi elles, les dix magasins ont notamment cherché à diminuer le nombre de références, en supprimant celles qui génèrent le plus de gaspillage alimentaire. Moins de 1 % de ces produits sont en effet à l'origine de 20 % du gaspillage alimentaire.

 

Gaspillage réduit d'un quart en trois mois

 

Aux rayons fruits et légumes, des vendeurs ont été spécialement formés pour choisir les produits et les donner aux clients afin de limiter la « surmanipulation » qui les abîme et rompt parfois la chaîne du froid. Un système de « stickage » (étiquettes prix réduit) des produits qui approchaient de la date de péremption a également été automatisé, avec création d'une zone isolée pour les vendre en promotion.

 

Enfin, un « coach antigaspi » a été systématiquement désigné et formé dans chacun de ces magasins. « Les enseignes ont joué le jeu, pourtant, dans ce secteur, les données et les méthodes sont ultra-confidentielles, reprend Pierre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 3 mois

    l'ademe parlons -en , j'y suis allez pour des conseils : ils m'ont dit : changer votre chaudière ça coute 4000 € pour une meilleur performance, j'ai dit ok donner moi le nom d'une entreprise qui me l'installe à ce prix , ah ça pas possible, alors j'ai demander : quelle marque de chaudière est la plus performante? ça on peut pas vous dire … mon chauffagiste demande 10 000 € pour changer la chaudière alors bon…

  • faites_c il y a 3 mois

    On peut aussi aux magasins d'état comme au bon temps du Bolchevisme en créant volontairement un effet de pénurie ce qui aura pour conséquences que les clients vont dévaliser les rayons et que ce sont les particuliers qui jetteront au lieu que ce soit les magasins!

  • winloto il y a 3 mois

    il faudrait créer un circuit pour cette "production perdue", circuit de qualité differente.

  • lorant21 il y a 3 mois

    Tout cela me semble de plus en plus ridicule.

  • s.thual il y a 3 mois

    Affaire d éducation. Et de bon sens.l école et la vie à la maison devraient apprendre ces notions .à t on besoin de rayons jambon ressemblant à ceux d un disquaire ?ceux qui ont vécu la guerre ont plus la mesure de l utile et nécessaire. ..arrêtons ces pains qui n en sont pas et remplissent les poubelles car secs ou moisis dans des emballages plastique,,,et faisons des émission culinaires qui n encouragent pas le gaspillages,,,