Gargaud, le triomphe de la patience

le , mis à jour à 06:10
0
Gargaud, le triomphe de la patience
Gargaud, le triomphe de la patience

Il s'est enfilé les 250 m de descente avec un flegme impressionnant. Il n'a quasiment pas bronché, non plus, sous l'écran géant du White Water Park de Deodoro lorsque l'Allemand Sideris Tasiadis, auteur du meilleur temps des qualifications et des demi-finales, s'est pris les doigts dans la porte et l'a propulsé, avant même la ligne d'arrivée franchie, sur la plus haute marche du podium. Denis Gargaud avait pourtant de quoi crier sa joie au monde entier hier avec son maillot à pois sur le dos, pour avoir enfin décroché cet or olympique qu'un certain Tony Estanguet l'avait jusque-là empêché d'approcher.

 

Comble de l'ironie ou symbole magnifique, c'est le maître de la discipline, vice-président de la commission des athlètes du CIO et coprésident du comité de candidature Paris 2024, qui lui a passé la médaille, celle qu'il a remportée trois fois avant lui, autour du cou. « Ah ! Qu'est-ce que ça m'a fait plaisir, glisse Estanguet, radieux. Ce sport est incroyablement stressant quand on le vit des tribunes. Mais Denis n'a pas été bon, il a été énorme dans sa façon de gérer cette pression qu'il avait sur les épaules. Il a su rester froid. Je suis vraiment fier de lui car, je pense que les choses aujourd'hui (hier) étaient plus dures pour lui qu'elles ne l'avaient été pour moi. »

 

Une maîtrise totale

 

Comme pour rajouter un peu de poids sur les épaules de Gargaud, c'est en antépénultième position et avec le dossard n° 2 — soit exactement les mêmes conditions qu'Estanguet à Londres — que Gargaud a pris le départ à 20 h 37. Et comme son aîné, Gargaud a sorti une course maîtrisée de bout en bout. La pression que lui avait imposée la course sans faute du Slovaque Matej Benus a glissé sur lui comme de la glace. En bouclant le slalom plus vite que ses concurrents, il a surtout posé une chappe de plomb sur les épaules de l'Allemand Tasiadis qui n'a pas tardé à aller à la faute. « C'est l'autre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant