Gareca, le maigre qui a faim

le
0

Il est probablement le moins connu des cinq entraîneurs argentins présents en quarts de finale de la Copa América 2015. Mais, avec ses faux airs du réalisateur de blockbuster Peter Berg, Ricardo el flaco (le maigre) Gareca n'est pas là pour faire de la figuration.

Nommé seulement le 9 mars 2015, Ricardo Gareca (57 ans), le sélectionneur argentin du Pérou, l'a annoncé avant la compétition : "Nous jouerons sans peur, en essayant d'aller le plus loin possible." Son équipe l'a déjà prouvé, notamment contre le Brésil (1-2) où elle méritait mieux qu'une défaite dans les dernières minutes. Mais il y avait Neymar Puis, après une victoire contre le Venezuela (1-0) suivie d'un nul soporifique mais stratégique contre la Colombie (0-0), voici le pays de 30 millions d'habitants en quart de l'épreuve sud-américaine pour la septième fois d'affilée. Avec un objectif, en creux, pour Gareca, faire aussi bien qu'el mago Sergio Markarian en 2011 : une troisième place inespérée au début de la compétition, qui avait commencé à se dessiner avec les échecs répétés des grands du continent.

La blessure de 85


Celui qui a été élu meilleur entraîneur de la phase de poules de cette Copa América 2015 a d'ailleurs une histoire particulière autant qu'amère avec le Pérou. Le 30 juin 1985, Gareca marque le but décisif pour l'Argentine, dans un match qualificatif (2-2) pour la Coupe du monde au Mexique, contre le Pérou qui est du coup éliminé ! Mais, quelques mois plus tard, Carlos Bilardo ne l'appelle pas pour disputer la grande messe qui verra l'Albiceleste triompher au stade Aztèque en 1986. Cela restera comme " une énorme douleur " selon Gareca lui-même. Cette année, même si le quart de finale contre la modeste Bolivie paraît abordable pour " son " Pérou, la suite s'annonce plus copieuse pour les hommes d'El flaco : une probable demi-finale contre le Chili chez lui, sans oublier un éventuel match pour la 3e place contre un "gros" du continent (Argentine, Colombie, Brésil ou Paraguay). Mais rien n'effraye l'Argentin, dont la mission est bien plus vaste et surtout ambitieuse que cette Copa 2015 : qualifier le Pérou pour le Mondial russe, trente-trois ans après le dernier disputé par le pays, en 1982. Et le moins que l'on puisse en juger pour l'instant, c'est que, pour sa première expérience de sélectionneur, Gareca fait un parcours respectable, lui qui n'a eu que deux matchs amicaux pour étalonner son équipe. En s'appuyant sur des anciens expérimentés (Pizarro, Guerrero et Farfán) et en relançant certains jeunes joueurs (Cueva), l'Argentin a fait du Pérou un adversaire complexe à aborder. Pas favoris pour un sou contre la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant