Garde à vue : un big bang avec couacs mais sans accrocs

le
0
Après la réforme, les auditions ont été menées en bon ordre ce week-end, notamment grâce à une cellule d'assistance de la préfecture de police de Paris.

La mobilisation a pris le pas sur la colère. Après la décision surprise de la Cour de cassation d'une application immédiate de certaines dispositions de la réforme de la garde à vue, les forces de police et de gendarmerie se sont mobilisées pour que les gardes à vue du week-end se déroulent sans heurt. La Cour de cassation a décidé vendredi dernier l'application d'une partie de la loi, en application du droit européen, sans attendre son entrée en vigueur le 1er juin. Depuis vendredi, un avocat peut ainsi arriver dès le début de l'audition, et non plus trente minutes après. Un justiciable peut également invoquer le droit au silence.

Pour faire face à ces changements dénoncés unanimement par les forces de police et de gendarmerie et pour lesquels les commissariats n'étaient pas préparés, la préfecture de police de Paris a mis sur pied dès vendredi une cellule baptisée «garde à vue assistance». Cette cellule, qui est accueillie par la Direction de la sécuri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant