Garde à vue prolongée pour deux footballeurs accusés de viol

le
0

LYON (Reuters) - La garde à vue de l'attaquant de l'Olympique lyonnais Bafétimbi Gomis et de l'ancien joueur stéphanois Yohan Benalouane a été prolongée jeudi pour une durée maximale de 24 heures dans une enquête ouverte après une plainte pour "viol en réunion", a-t-on appris de source judiciaire.

Interrogés depuis mercredi soir par les policiers locaux, les deux footballeurs contestent les accusations. Ils devaient être confrontés d'ici vendredi à la plaignante.

Le parquet devra décider d'ici vendredi soir au plus tard s'il ouvre une information judiciaire dans laquelle les deux hommes pourraient être mis en examen, ou s'il classe l'enquête sans suite.

La plaignante, une femme de 38 ans, s'est présentée mercredi matin à la police de Lyon pour déposer plainte contre les deux hommes. Elle a dit avoir eu des relations sexuelles contraintes avec les deux sportifs au domicile de Bafétimbi Gomis, lors d'une soirée arrosée.

Elle ne parle pas de violences physiques mais de contrainte morale. Mercredi, une perquisition dans l'appartement lyonnais de Bafétimbi Gomis n'a pas apporté d'éléments éclairant l'enquête.

Bafétimbi Gomis et Yohan Benalouane se sont connus à l'AS Saint-Etienne, avant que le second ne parte au club italien de Cesena où il joue aujourd'hui.

L'attaquant lyonnais, avant d'être placé en garde à vue, a écrit sur son compte Twitter : "Je vous informe que je démens formellement les accusations qui sont portées contre moi".

Sélectionné six fois en équipe de France, il est l'un des rares joueurs internationaux à avoir marqué deux buts lors de sa première sélection en août 2008 face à l'Equateur.

L'Olympique lyonnais a dit mercredi "prendre acte de l'existence d'une enquête et suivre en parfaite synergie son évolution".

Catherine Lagrange, avec Thierry Lévêque à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant