Garde à vue : «éviter que le policier devienne greffier»

le
0
Les ministres de l'Intérieur et de la Justice ont mis en garde, mercredi, contre toute dérive.

«Professionnalisme.» Avec son bel accent lyonnais, le garde des Sceaux, Michel Mercier, a prononcé mercredi ce mot cinq fois pour saluer les efforts des acteurs de la «chaîne judiciaire», et notamment des policiers, dans la mise en place de la nouvelle garde à vue. Comme s'il fallait passer un peu de pommade sur des plaies toujours vives. Il était venu mettre en place avec son homologue de l'Intérieur, Claude Guéant, la commission de suivi de cette importante réforme en vigueur depuis le 15 avril. Une instance composée de quatre parlementaires, dont trois UMP et un centriste, respectivement Philippe Gosselin, Sébastien Huyghe, Catherine Troendel et François Zocchetto.

Dans les locaux modernes et fonctionnels du commissariat du XIXe arrondissement de Paris, les ministres se sont félicités du relatif «bon déroulement» de la nouvelle procédure d'audition des suspects qui impose désormais la présence de l'avocat dès la première heure et accorde le droit au silence

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant