Gardanne : le choc électrique

le
0
La mise en service de l'unité biomasse est prévue pour la fin 2015.
La mise en service de l'unité biomasse est prévue pour la fin 2015.

"Ce dossier me fait penser à celui de l'amiante. Personne ne pourra dire nous n'étions pas au courant." Pierre Calfas, président de la fédération France Nature Environnement (FNE) dans les Bouches-du-Rhône, lutte depuis novembre 2012 avec son association contre la future plus grande centrale à biomasse de France, installée à Gardanne, au sud d'Aix-en-Provence.

Au départ, dans les années 1950, la centrale électrique de Gardanne fonctionne au charbon. Soixante ans plus tard, le propriétaire allemand E.ON choisit de convertir une des unités en centrale à bois. Et c'est en 2012, lorsque la préfecture des Bouches-du-Rhône autorise le projet, que la contestation commence. "Avant, on pensait vraiment que le projet ne passerait pas, se souvient Pierre Calfas. Après l'accord du préfet, on a écrit des communiqués et émis des avis défavorables. Mais, comme d'habitude, tout cela est resté sans réponse."

En août 2013 commence le chantier de conversion. Quelques mois plus tard, deux recours administratifs sont déposés par la FNE. Les fédérations et associations locales alentour rejoignent le camp de l'opposition, tout comme le conseil général des Hautes-Alpes, huit communautés de communes et trente-trois communes de la région.

Tous prennent position contre un "gaspillage notoire de la ressource". Le conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur propose, lui, un moratoire en attendant "l'élaboration et l'approbation de plans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant