Galtier dézingue ses attaquants

le
0
Galtier dézingue ses attaquants
Galtier dézingue ses attaquants

Après la défaite des Verts à Caen dimanche (1-0, 9eme journée de L1), Christophe Galtier était très remonté envers ses attaquants, dont le comportement face aux Caennais a profondément agacé l'entraîneur stéphanois.

Le déplacement des Verts à Caen s’est achevé sur un violent coup de gueule de Christophe Galtier en conférence de presse. Après la défaite de ses hommes en Normandie (1-0, 9eme journée de L1), l’entraîneur stéphanois était très en colère, et ne s’en est pas caché. « C’est vraiment un non-match de notre part. Nous cherchons toujours les raisons. Les raisons, car il n’y a pas d’excuses. Jouer le jeudi et le dimanche, c’est quelque chose que nous avons bien fait la saison dernière, pas cette fois-ci. Pourtant, il y avait beaucoup de fraicheur sur le terrain. C’est à croire que certains se contentent de peu, pensent que des choses sont acquises, qu’à l’ASSE c’est plus facile qu’ailleurs. Cela débouche sur une victoire logique de Caen. Si mes cadres derrière, en commençant par Stéphane (Ruffier), n’avaient pas tenu la barque, je me serais présenté devant vous avec quatre ou cinq buts d’écart. »

Dans le viseur de Galtier ? Les attaquants alignés contre Caen

Galtier en voulait tout particulièrement à ses attaquants, dont le comportement ne lui a pas du tout plu sur la pelouse du stade Michel-d’Ornano. « Sur un plan offensif, nous avons été… inoffensifs. Ce que j’ai vu ce soir (dimanche) est indigne de ce que nous devons être. Malgré la fraicheur, nous avons été inexistants. A la mi-temps, nous étions à un tir. Aucun de mes joueurs sur le plan offensif ne s’est servi de ses qualités. J’ai dû faire ma causerie ou mon plan de jeu dans une autre langue. Ce n’est pas une déception, c’est une colère profonde. C’est aussi comme cela que l’on découvre son groupe, ses joueurs, ses hommes. La quinzaine sans match va nous permettre de remettre certains les pieds sur terre, de préciser ou de repréciser ce que l’on attend d’un joueur quand il vient à l’ASSE. En termes de combativité, de culot, de caractère, de prise d’initiatives de notre part, on n’a rien vu. J’ai vu mes défenseurs qui ont mal de partout, mes milieux de terrain qui n’ont plus de jambes. Mon secteur offensif, lui, peut peut-être refaire un match dès demain. » Jean-Christophe Bahebeck, Robert Beric et Kevin Monnet-Paquet, titularisés dimanche, comme Nolan Roux et Romain Hamouma, entrés en seconde mi-temps, sont prévenus : Christophe Galtier les a dans le collimateur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant