Galles, premier, rosse les Russes

le
0
Galles, premier, rosse les Russes
Galles, premier, rosse les Russes

Impressionnant, le pays de Galles se qualifie pour les 8e en réalisant un match parfait contre la Russie (3-0).

Russie 0-3 Pays de Galles

Buts : Ramsey (10e), Taylor (20e), Bale (67e)

Il suffit d'entendre ces chants. Il suffit d'apercevoir les sourires. Il suffit d'assister à un démarrage de Bale, à une passe de Ramsey, aux dribbles chaloupés de Joe Allen, à l'abnégation du capitaine Williams et de son bras droit, Ben Davies, à la joie candide de Neil Taylor. En réalité, beaucoup de choses suffisent à comprendre pourquoi cette équipe du pays de Galles ne peut que déchainer les passions. Sans doute, est-elle la plus excitante de ce premier tour, joueuse, spectaculaire, marquée par la détente et animée par ce désir de faire plaisir. Encore et encore. De Bordeaux à Toulouse, en passant par la déception anglaise du nord, cette équipe ne cesse d'exposer son âme, qui n'a de commune mesure que ces " Don't take me home " qui résonnent à n'en plus finir dans le Stadium. Car oui, le pays de Galles est bien en France. Et en écrasant la Russie, a fait le nécessaire pour s'offrir quelques jours de rab' dans l'Hexagone.

Bale ne se défile pas


Après la désillusion anglaise, tous les yeux étaient évidemment tournés vers Gareth Bale. Lui, le porte-étendard à chignon, le génie désigné par tout un peuple ayant foi absolue en son messie. Et dans une antre qui n'a souvent eu que Ben Yedder pour se rincer l'oeil, Gareth n'a pas déçu, offrant un récital de tous les instants. Première minute, un déboulé côté droit conclu d'une frappe intérieure du gauche : le Bale gallois en a dans le sac. Car la suite est une démonstration de supériorité comme rarement vue. A chaque ballon pris, la différence se fait. Entre rushs de 40 mètres, décalages soudains pour ses partenaires ou frappes instantanées, le Madrilène fait tout, et tout bien. Ou presque. Tantôt altruiste, tantôt malchanceux, Bale ne parvient pas à débloquer son compteur face aux Russes. Qu'importe, car la couverture est désormais partagée. A ses côtés, Allen et Rasmey ne dénotent pas et se joignent à l'attaque. Passe lumineuse du premier pour le second, ballon piqué, et le pays de Galles passait devant dès la 10e minute d'une partie intégralement…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant