Galeries Lafayette : trois magasins sur la sellette

le
0
Galeries Lafayette : trois magasins sur la sellette
Galeries Lafayette : trois magasins sur la sellette

L'avenir des trois magasins de la célèbre enseigne des Galeries Lafayette, sur la soixantaine existants en France, pourrait se jouer dans les prochains jours, à commencer par le prochain comité central d'entreprise (CCE) dès mardi. Selon les syndicats, les magasins de Lille, Béziers ou encore Thiais dans le centre commercial Belle Epine (Val-de-Marne), pourraient subir un plan social d'ampleur ou, pire, une fermeture. Cette éventualité toucherait de plein fouet plus de 350 salariés, sans compter les démonstrateurs des marques extérieures.

Selon la fédération CFDT, «l'effectif historique du périmètre du groupe va être touché de plein fouet». De son côté, le syndicat FO du commerce affirme que l'entreprise «ne fait pas d'effort pour des magasins près de chez nous, mais on construit en Chine.»

En janvier, le patron des Galeries Lafayette, Philippe Houzé, avait reconnu dans Les Echos que plusieurs magasins étaient «déficitaires, notamment dans les petites villes». A chaque fois, l'enseigne est confrontée à la même équation : un chiffre d'affaires insuffisant pour un loyer trop cher. «Nous sommes une industrie de services et de main-d'oeuvre. Nous employons cinq personnes pour générer un million d'euros de chiffre d'affaires. Dans la grande distribution ou sur internet, ce ratio est de un pour un», a-t-il ajouté.

Des effets attendus de la loi  Macron

A Thiais, le magasin dans le Centre commercial Belle Epine ouvert en 2005 perd selon les syndicats près de 3 millions d'euros par an. Cependant, les syndicats accusent la direction de ne rien faire pour sauver ce site en essayant de doper la fréquentation. «On nous laisse crever à petit feu, a dénoncé un délégué syndical de la CGT. On demande des grandes marques qui ne viennent pas alors qu'on sait très bien que c'est ce que viennent chercher nos clients.»

A Lille, la situation est aussi difficile. Le magasin de 10 000 m2 n'a jamais gagné d'argent depuis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant