Galatasaray, la saison noire

le
0
Galatasaray, la saison noire
Galatasaray, la saison noire

En Turquie, le champion en titre vit une période très compliquée. Complètement largué en championnat, Galatasaray est aussi éliminé des Coupes d'Europe, confronté à une crise sportive, plombé par des individualités en bout de route, sanctionné pour des finances dans le rouge et même touché par le terrorisme. La galère vraie.

Il y a deux saisons, Galatasaray se qualifiait pour les 8es de finale de la Ligue des champions en sortant la Juve, avec Mancini aux manettes et Drogba en joueur VIP. La saison dernière, le club stambouliote décrochait le vingtième titre national de son histoire. Cette saison, il a été sorti dès la phase de poules de la C1, s'est fait lourder dès son repêchage en Ligue Europa par une Lazio pourtant pas très fringante et pointe seulement à la cinquième place en Süper Lig, à 21 et 20 points du leader et de son dauphin, Beşiktaş et Fenerbahçe, qu'il reçoit ce dimanche. Le grand derby n'a jamais paru aussi déséquilibré. Alors que le Fener n'a perdu qu'un seul match de championnat depuis septembre, son rival traîne sa peine avec une maigre victoire grattée depuis un mois toutes compétitions confondues (2-1 face à Trabzonspor le 21 février pour le compte de la Süper Lig) et n'a plus aucune illusion à se faire désormais : la saison sera ratée quoi qu'il arrive. Le seul moyen de limiter la casse est d'essayer de gagner la Coupe de Turquie, compétition dont il est également le tenant du titre et qui en est au stade des demi-finales (Galatasaray contre Rizespor, Fenerbahçe contre Konyaspor). En championnat en revanche, c'est bel et bien mort. Pour ce qui est des places d'honneur, elles sont de toute façon inutiles, puisque Galatasaray vient en plus de se faire sanctionner par l'UEFA : impossibilité de s'aligner à une compétition européenne la saison prochaine, et s'il n'y a pas de qualification cette saison, la sanction sera reportée aux éditions 2017/2018 de la Ligue des champions et de la Ligue Europa.

Galatasaray suspendu un an !

Quatre à se succéder sur le banc cette saison


Si Galatasaray se fait taper sur les doigts par les instances continentales, c'est parce que le club n'a pas assez pris au sérieux les précédents avertissements qu'il avait reçus concernant son déficit excessif et le non-respect du fair-play financier. Les 200 000 euros d'amende et le contrôle de la masse salariale n'ont pas suffi, et l'UEFA s'est vu dans l'obligation de sévir plus durement encore, alors que Galatasaray enchaîne les résultats déficitaires et que sa dette nette est désormais…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant