Gaetano Scirea : putain de camionnette

le
0

Il y a 26 ans jour pour jour disparaissait tragiquement l'un des plus grands défenseurs de l'histoire : Gaetano Scirea, champion du monde avec l'Italie, septuple vainqueur de la Serie A avec la Juve, l'un des très rares à avoir gagné trois coupes d'Europe différentes. Un maestro élégant sur le terrain comme en dehors, décédé à 36 ans dans une Fiat transformée en brasier sur une route de Pologne.

Dimanche 3 septembre 1989 en fin d'après-midi, sur la route nationale polonaise reliant Zabrze, au sud du pays, à la capitale Varsovie. Une Fiat 125P, joli mais vieillissant modèle de la gamme qui fait aujourd'hui la joie des collectionneurs, file à vive allure sur un macadam parfois défoncé. Dans l'habitacle, ils sont quatre : le chauffeur, un dirigeant du club du Górnik Zabrze, Gaetano Scirea et un interprète. Quelques heures plus tôt, le Górnik Zabrze a disputé un match du championnat polonais, sous les yeux de Gaetano Scirea, jeune entraîneur adjoint de la Juventus, mandaté par son supérieur et ami Dino Zoff pour observer cette équipe méconnue que les Bianconeri doivent affronter en ouverture de la Coupe UEFA. Le match aller est prévu quelques jours plus tard, le 12 septembre à Zabrze. A priori, il n'y a pas d'inquiétude à avoir, et la Juve l'emportera effectivement 5-2 sur l'ensemble des deux matchs, mais Zoff est un entraîneur méticuleux et Scirea un adjoint respectueux des consignes. À l'époque, il apprend le métier. Scirea a 36 ans, n'a rangé les crampons que depuis un an et on se bat déjà en Italie pour l'avoir sur le banc. C'est sûr, il sera un grand entraîneur, mais il préfère sagement rester dans son club de presque toujours et se former aux côtés de son ancien coéquipier Dino Zoff. Un match à superviser ? Une mission dont il s'est acquitté en ce 3 septembre. Il ramène certainement avec lui de précieux conseils consignés dans un carnet de notes. Maintenant, il ne reste plus qu'à rentrer en Italie. Un vol direct Varsovie/Turin l'attend. La route entre Zabrze et Varsovie est longue, environ 4 heures de trajet. Il faut se presser. Le chauffeur s'exécute, double quand il en a l'occasion. Un camion, puis un second dans la foulée. Au moment de se rabattre, la Fiat 125P percute une camionnette, pas violemment, mais juste assez pour qu'il y ait perte de contrôle.

L'Italie apprend la nouvelle en direct


L'accident se produit au niveau du village de Babsk, moins d'une heure avant d'arriver à Varsovie. L'enquête de police conclura qu'il n'était pas d'une grande violence et que les quatre occupants du véhicule auraient pu s'en tirer indemne sans la présence dans le coffre de quatre bidons d'essence. Rien d'étonnant dans la Pologne de cette époque, accoutumée aux restrictions : mieux valait emporter avec soi une petite réserve à mettre dans le réservoir, au cas où. Le tamponnage avec la camionnette…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant