Gaël Monfils : " Pourquoi je ne voudrais pas jouer en Guadeloupe ? "

le
0

Interrogé sur son possible manque d'envie de venir jouer sur terre battue en Guadeloupe, Gaël Monfils n'y est pas allé par quatre chemins : il est ravi de jouer à Baie-Mahault.

Gaël Monfils, pouvez-vous nous décrire la méthode Noah ?
Pour l’instant, on est sur l’entraînement, et on s’entraîne. C’est un peu dur d’en parler, car ça ne fait que quelques jours qu’on est en préparation. Chaque coach a un discours différent, je n’ai pas d’exemple concret. Il était surtout focus à apprendre à nous connaître (sic), à voir comment on réagit sur le terrain, voir surtout qui va jouer les premiers jours. Tous les jours, on se parle de tout, sur le terrain, en dehors du terrain, comme un capitaine, quoi.

On vous imagine mal ne pas jouer ce week-end, chez vous en Guadeloupe...
Ça va dépendre du capitaine. Il a quatre joueurs qui sont en forme, cinq avec Edouard (Roger-Vasselin). C’est à lui de voir qui sera le mieux pour rapporter le point. J’espère jouer, mais c’est le choix du capitaine. Ce ne sera pas une déception si je ne joue pas, car on est en équipe. De temps en temps, il faut savoir reconnaître qu’on est peut-être moins en forme, moins fort, ou pas l’homme-clé de la situation. Chaque joueur a envie de rapporter son point. Si le capitaine pense que ce n’est pas à toi de jouer aujourd’hui, il faut apprendre à encourager, on l’a tous bien fait au moins une fois dans notre carrière.

Avez-vous la pression de jouer en Guadeloupe ?
On a toujours la pression de jouer en équipe de France, ce n’est jamais facile. Après, jouer devant sa famille, dans son « pays », c’est encore plus dur, mais la pression c’est ce que j’aime. Je vais faire mon maximum.

Regrettez-vous votre petite phrase de Melbourne, quand vous aviez dit que 80% des joueurs ne voulaient pas jouer en Guadeloupe ?
Je ne regrette pas car je n’ai rien dit de spécial. J’ai juste dit que par rapport à mon calendrier et au calendrier des joueurs, c’était compliqué, mais la venue en Guadeloupe n’a jamais été remise en question. Je suis guadeloupéen, et je ne comprends pas qu’un journaliste puisse penser que je n’avais pas envie de venir en Guadeloupe. Donc je retourne la question : pourquoi n’aurais-je pas voulu venir en Guadeloupe ? J’ai le bras tatoué avec la carte de la Guadeloupe, je joue avec la Guadeloupe toute l’année. Mon père habite en Guadeloupe, ma famille vit en Guadeloupe. Je suis guadeloupéen, pourquoi je ne voudrais pas jouer en Guadeloupe ? Par contre, le joueur de tennis dit que c’était une option un petit peu compliquée forcément. Mais depuis novembre, je sais que je vais jouer en Guadeloupe, et j’ai toujours voulu jouer en Guadeloupe. Donc pourquoi je ne voudrais pas jouer en Guadeloupe ? 

Propos recueillis par notre envoyé spécial en Guadeloupe, Maxime GRAS

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant