Gaël Kakuta : « Ici, tout le monde aime le ballon » .

le
0
Gaël Kakuta : « Ici, tout le monde aime le ballon » .
Gaël Kakuta : « Ici, tout le monde aime le ballon » .

Pour le sixième prêt de sa carrière, Gaël Kakuta a atterri au Rayo Vallecano. Atypique, le club de Vallecas est une destination qui sied déjà au jeune Français de 23 ans. Un club où il a retrouvé goût aux terrains. Avant la réception de Barcelone, il fait le point.

L'Espagne découvre un Gaël Kakuta avec le sourire. Il est enfin épanoui ce Gaël ? On peut dire que oui. Depuis le début, tout se passe super bien. Tous les gens du club m'ont très bien accueilli. Tout le monde m'a mis à l'aise. En plus de ça, j'ai eu la chance d'avoir la confiance du coach directement. La langue n'a pas été une grosse barrière. Enfin, c'est une barrière franchissable. Je parle italien, et les racines des deux langues sont assez proches. Et il y a beaucoup de mots qui ressemblent au français. Je ne vais pas dire que je parle déjà très bien espagnol, mais pour comprendre et me faire comprendre, je n'ai pas de souci. Et si vraiment il y a quelque chose que je ne comprends pas, les coachs parlent anglais et il y a deux joueurs qui parlent français.
Tu sens un grand changement par rapport aux années précédentes où tu as enchaîné les prêts ? Ma première année au Vitesse Arnhem s'est très bien passée. Si je me rappelle, j'ai fait 25 matchs et j'ai pris beaucoup de plaisir sur le terrain. Les saisons suivantes ont été plus difficiles. Je n'ai pas beaucoup joué. Là, je recommence à avoir le sourire, je retrouve mon football, j'arrive à m'exprimer sur le terrain...
Comment se sont passés tes six derniers mois à la Lazio ? Même si je n'ai pas joué, j'ai beaucoup appris. Surtout sur moi-même d'ailleurs. Malgré les seules 24 minutes que j'ai passées sur le terrain, j'ai progressé mentalement. Je n'ai jamais baissé les bras. Sur le dernier match amical, je leur montrais que j'étais capable de faire de belles choses. J'ai mis un but et j'ai donné une passe décisive. C'est à la toute fin de saison qu'ils ont pensé à lever mon option d'achat. Mais j'avais déjà accepté de rejoindre le Rayo, c'était trop tard.
Plus précisément, qu'as-tu vraiment appris ? J'avais tendance à rapidement baisser les bras avant. Là-bas, même sans temps de jeu, je n'ai jamais renoncé. Après, niveau football, j'ai appris énormément sur le travail musculaire. Les entraînements étaient énormément basés sur le physique. On travaillait beaucoup sur la fatigue et la récupération. Je me suis rendu compte que ce travail était primordial. Dans les clubs précédents, on ne travaillait pas beaucoup cet aspect. J'ai gagné en performance.......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant