Gaël Givet dit tout... et tacle l'Evian TGFC

le
0
Gaël Givet dit tout... et tacle l'Evian TGFC
Gaël Givet dit tout... et tacle l'Evian TGFC

Aujourd'hui à Tours (L2), le défenseur central Gaël Givet revient sur une carrière qui n'a pas été un long fleuve tranquille. Dans les colonnes du Parisien, l'ex-Tricolore n'a pas caché ses difficultés avec le monde du foot.

Libre de tout contrat, Gaël Givet, ancien défenseur central (ou latéral gauche) de Monaco ou encore de Blackburn, s’est récemment engagé en faveur de Tours, l’actuel quatorzième de Ligue 2. Histoire de relever un dernier challenge sous les ordres de Marco Simone. Dans les colonnes du Parisien, le finaliste de la Ligue des Champions 2004 est revenu sur son parcours sinueux. Aujourd’hui, le natif d’Arles estime que sa carrière a pris un (mauvais) tournant à la suite de la Coupe du Monde 2006. « A cette époque, mon regard a changé, explique-t-il dans l’édition de lundi du quotidien francilien. J’ai profité de ce milieu du foot mais à un moment, j’ai ouvert les yeux et vu tous les mauvais côtés. Ces gens qui te disent blanc et qui, dans ton dos, disent noir aux autres. Jusqu’à vingt-cinq ans, je ne pensais qu’à m’amuser. Et un jour, les premières désillusions sont arrivées et j’ai compris que le milieu du foot professionnel n’est pas fait pour rêver. »

Après Monaco et Marseille, Gaël Givet a choisi l’exil mais son expérience anglaise, à Blackburn, n’a fait qu’accentuer son sentiment. « Lors d’un match contre Charlton en 2013, je suis rentré aux vestiaires à la pause et j’ai enlevé mon maillot, poursuit l’ex-international français. Car si je reprenais le match, j’allais frapper un coéquipier sur la pelouse… » Le tout avant de revenir par la petite porte en France. « C’était Arles ou rien car je voulais me rapprocher de ma famille pour retrouver des gens sincères. Une belle expérience. En 2014, j’ai tenté la Ligue 1 à Evian TG. »

Un choix tout sauf judicieux selon Gaël Givet, qui a notamment eu des problèmes avec Pascal Dupraz. Convoqué dans le bureau du président haut-savoyard, le Tourangeau se rappelle de la goûte d’eau qui a fait déborder le vase. « A Evian, on voulait me forcer à me raser parce que ma barbe était trop longue. A 33 ans, on ne pouvait pas me traiter ainsi. On me prenait pour un djihadiste alors que je ne suis absolument pas converti à l’Islam. Quelle folie ! » Aujourd’hui, Gaël Givet – qui a peu de vrais amis dans le foot (Sébastien Squillaci notamment) – assume pleinement ses choix, même si sa carrière aurait pu être « plus belle ». Et il a d’ailleurs prévu de se faire repousser la barbe !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant