Gad SAS victime de la crise porcine : 900 emplois menacés dans l'Ouest

le
7
Gad SAS victime de la crise porcine : 900 emplois menacés dans l'Ouest
Gad SAS victime de la crise porcine : 900 emplois menacés dans l'Ouest

La société d'abattage et de découpe de porcs Gad SAS (1.700 salariés) envisage, dans un plan de continuation présenté vendredi aux représentants du personnel, de supprimer plus de 900 emplois en ne gardant qu'un abattoir sur les deux du groupe. Placée en redressement judiciaire le 27 février par le tribunal de commerce de Rennes, après avoir accumulé les dettes en raison de la crise porcine, la société est encore en période d'observation jusqu'au 21 août.

«On s'y attendait, ce n'est pas une surprise», a expliqué Olivier Le Bras, délégué central FO, à l'issue du comité central d'entreprise extraordinaire qui se tenait à Rennes vendredi après-midi. Depuis plusieurs semaines, des informations circulaient en effet sur la volonté des actionnaires du groupe de se séparer de l'un de ses deux abattoirs.

La direction a ainsi confirmé les craintes des syndicats : la fin de l'activité à Lampaul-Guimiliau (Finistère), soit près de 800 emplois. Les activités d'abattage/découpe du groupe seraient recentrées sur le second abattoir à Josselin (Morbihan, plus de 600 salariés) où 343 emplois pourraient être créés, a noté Annick Le Guével, secrétaire CFDT du CE. Selon la responsable syndicale, environ 400 reclassements pourraient aussi être proposés au sein de la Cecab (groupe coopératif agroalimentaire, actionnaire majoritaire à 65% de Gad SAS, les 35% restants sont détenus par le groupement de producteurs de porcs Prestor).

Deux autres sites fermés

Le plan projette également de fermer le site de fabrication de produits élaborés de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) où travaillent entre 64 (selon une source proche de la direction) et 80 salariés (syndicats), et le siège du groupe à Saint-Martin-des-Champs (Finistère) avec 54 salariés.

Ce plan de continuation sera néanmoins soumis à l'écrasement de la dette du groupe et à un maintien de l'engagement de l'actionnaire fournisseur Prestor pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8725649 le samedi 29 juin 2013 à 14:06

    Je croyais que l'emploi s'améliorait ?

  • M8725649 le samedi 29 juin 2013 à 13:56

    Ca bosse en Porsche 911 ?

  • fred1903 le samedi 29 juin 2013 à 11:17

    5 euro de l'heure voila le cout horaire d'un salarie pays de l'est en Allemagne. 1 cochon tué tout les 6 secondes.Nous 9 euro de l'heure.

  • mucius le samedi 29 juin 2013 à 11:12

    Les agriculteurs bretons doivent comprendre qu'on préfère la prospérité des musulmans assistés au-delà du raisonnable à la leur. Alors les Bretons, on préfère Sarko ou Hollande? lol. En 2017, gageons que vous voterez Sarko, mais ce sera la même m... pour vous. Ainsi va la vie des Franchouilles...

  • s.jansse le samedi 29 juin 2013 à 10:11

    faut manger moins de viande, ce n est pas bon pour la santé et c est un privilège de la sur consommation, faut atterir

  • JM_A le samedi 29 juin 2013 à 09:43

    plus de porc dans les cantines et même dans les prizzons, interdiction du saucisson pinard, supérette entièrement halalizée... comme quoi la diversité culinaire est en train de partir de ce pays, mais ça personne le défend

  • coche123 le samedi 29 juin 2013 à 09:30

    la suppression du porc dans de nombreuses écoles a des conséquences graves.