Gabon : un nouveau Premier ministre pour «former un gouvernement d'ouverture»

le
0
Gabon : un nouveau Premier ministre pour «former un gouvernement d'ouverture»
Gabon : un nouveau Premier ministre pour «former un gouvernement d'ouverture»

Au lendemain de sa prestation de serment pour un second septennat, le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, l'actuel ministre des Affaires étrangères, Emmanuel Issoze Ngondet, pour former un «gouvernement d'ouverture». Le président tente de tourner la page de sa réélection toujours contestée, notamment par Jean Ping, son rival qui demande toujours son départ.

 

Sa composition devrait être annoncée au plus tard dimanche. «Puisque c'est un gouvernement d'ouverture, il faut le temps des consultations», a précisé le ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie-By-Nze. Emmanuel Issoze Ngondet est nommé en remplacement de Daniel Ona Ondo, cinq jours après la validation de la réélection d'Ali Bongo par la Cour constitutionnelle.

 

La nomination d'un nouveau Premier ministre et les appels au dialogue et à l'ouverture «ne changent rien. Il (M. Bongo) doit partir», a déclaré John Nambo, le directeur de cabinet de Jean Ping. Ce dernier devrait s'exprimer jeudi après-midi. Il  s'autoproclame toujours «président élu», mais ne dispose plus d'aucun recours légal.

Des opposants arrêtés

Des opposants étaient toujours entre les mains de la justice. Parmi eux, l'ex-patron du renseignement, Léon-Paul Ngoulakia, cousin du président passé à l'opposition, «vient d'être libéré», a indiqué son avocat français Eric Moutet. «Il est en liberté provisoire le temps de l'instruction du dossier». «D'autres personnes ont été arrêtées la semaine dernière mais je n'ai pas encore les mandats (de défense)», a poursuivi Me Moutet, qui est également l'avocat de Jean Ping. «Les gens commencent à avoir peur. Il y a une espèce de chape de plomb qui est en train de s'installer sur le Gabon», selon lui.

 

Une «cellule des disparus» au QG de Jean Ping a par ailleurs enregistré «26 décès déclarés par des parents, qui ont identifié les corps. Tous ont été tués ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant