Gabon-Paris appelle la Cour constitutionnelle à la transparence

le
0
    PARIS, 9 septembre (Reuters) - La France a appelé vendredi 
la Cour constitutionnelle du Gabon à examiner avec 
"transparence" et "impartialité" les contestations des résultats 
de l'élection présidentielle déposées par l'opposition.  
    Jean Ping a saisi jeudi la Cour constitutionnelle pour 
contester le résultat du scrutin du 27 août, remporté par le 
président sortant Ali Bongo. 
    L'opposant demande à la Cour d'autoriser un recomptage des 
voix "bureau de vote par bureau de vote" dans la province du 
Haut-Ogooué, dans le sud-est du pays, où la participation a 
selon lui été gonflée.  
    "Il importe que les contestations soient examinées avec 
transparence et impartialité et que tous les moyens soient mis à 
profit afin d'assurer le respect de ces principes et 
l'établissement de la sincérité du scrutin", souligne Jean-Marc 
Ayrault dans un communiqué.     
    La France demeure par ailleurs "attentive à la situation de 
plusieurs de ses compatriotes en faveur desquels elle souhaite 
exercer la protection consulaire prévue par la convention de 
Vienne", ajoute le chef de la diplomatie française. 
 
 (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant