Gabon-L'UA envoie des observateurs pour le recomptage électoral

le
0
    LIBREVILLE, 14 septembre (Reuters) - L'Union africaine a 
annoncé l'envoi d'observateurs au Gabon pour assister la Cour 
constitutionnelle dans son examen du recours déposé par 
l'opposant Jean Ping, qui affirme que l'élection présidentielle 
du mois dernier a été entachée de fraudes de la part du camp 
d'Ali Bongo. 
    Le président sortant a été réélu avec une avance de six 
mille voix, résultat qualifié de tronqué par Jean Ping qui 
réclame un recomptage dans la province du Haut-Ogooué, fief de 
Bongo, où les électeurs, selon la commission électorale, se sont 
mobilisés à 99,9% et ont voté à 95% pour le sortant. 
    Le comité pour la paix et la sécurité de l'Union africaine a 
demandé le déploiement d'observateurs pour "aider la Cour 
constitutionnelle du Gabon", indique un communiqué diffusé mardi 
soir. 
    L'Union européenne qui avait, elle aussi, envoyé des 
observateurs sur place a précisé que ces derniers allaient 
demeurer dans le pays. Les observateurs avaient signalé des 
anomalies dans la province du Haut-Ogooue. 
    L'incertitude demeure quant à l'accès des observateurs aux 
délibérations de la Cour constitutionnelle qui doit rendre son 
arrêt le 23 septembre. 
    Jean Ping affirme n'avoir aucune confiance dans la haute 
juridiction en raison des liens qui l'unissent à la famille 
Bongo. Sa présidente Marie-Madeleine Mborantsuo fut longtemps la 
maîtresse d'Omar Bongo, le père de l'actuel président, qui a 
dirigé le Gabon pendant 41 ans. 
     
 
 (Gerauds Wilfired Obangome; Pierre Sérisier pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant