Gabon : Ali Bongo accuse l'opposition, un millier d'interpellations

le , mis à jour le
0
Gabon : Ali Bongo accuse l'opposition, un millier d'interpellations
Gabon : Ali Bongo accuse l'opposition, un millier d'interpellations

C'est une allocution que tout le monde attendait dans un pays en plein chaos. Le président gabonais Ali Bongo a tancé jeudi l'opposition qui conteste sa réélection, jugeant que «la démocratie s'accommod(ait) mal de la prise d'assaut d'un parlement», tandis que son ministre de l'Intérieur annonçait un millier d'interpellations depuis mercredi soir.

 

« La démocratie s'accorde mal des succès autoproclamés, des groupuscules formés à la destruction. La démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement et de la télévision nationale », a déclaré Ali Bongo Ondimba au palais présidentiel lors d'une allocution à la presse de moins de quatre minutes.

 

«Les élections ont rendu leur verdict»

 

«Les élections ont rendu leur verdict (...) Qui a perdu ? Un groupuscule dont le seul projet était de prendre le pouvoir pour se servir du Gabon et non servir le Gabon», a encore accusé le fils et successeur d'Omar Bongo, en visant Jean Ping, son principal rival à la présidentielle, qui durant la campagne est parvenu à rallier d'autres candidats importants de l'opposition. Jean Ping affirme par ailleurs que deux personnes ont été tuées et plusieurs blessées jeudi dans l'assaut des forces de sécurité gabonaises contre son QG, où une vingtaine d'opposants seraient encore retenus ce soir. 

 

Le chef d'Etat - dont la réélection a été annoncée mercredi en fin de journée par la commission électorale - a été suivie dans la nuit d'émeutes meurtrières et de pillages à Libreville et dans d'autres villes du pays. Dans la capitale notamment, le parlement a été incendié par des manifestants.

 

Un millier d'interpellations dans tout le pays

 

« Sur Libreville, il y a entre 600 et 800 interpellations, et 200 à 300 sur le reste du pays », a déclaré le ministre gabonais de l'Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya, lors d'une brève conférence de presse tenue jeudi à l'issue de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant