Gabart : " Il n'aurait pas fallu que ça dure deux jours de plus "

le
0
Gabart : " Il n'aurait pas fallu que ça dure deux jours de plus "
Gabart : " Il n'aurait pas fallu que ça dure deux jours de plus "
François Gabart savoure son succès sur la Route du Rhum dans la catégorie Imoca. Mais le skipper de Macif confie aussi sa nostalgie et sa déception de ne pas avoir pu mener bataille jusqu'au bout avec Vincent Riou (PRB).

François Gabart a de quoi être heureux. Vainqueur de la Route du Rhim ce vendredi dans la catégorie Imoca, le skipper de Macif est tout à sa joie. Il savoure ce moment, près de deux ans après son sacre sur le Vendée Globe. « C'est énorme, c'est la Route du Rhum, ce n'est pas rien, je me suis donné comme jamais, a expliqué Gabart dans des propos rapportés sur le site officiel de la course. Je suis content du résultat et de la façon dont j'y suis arrivé. (...) Je voulais vivre une Route du Rhum avec les mêmes émotions que sur le Vendée Globe. Je me suis régalé, c'est de la superbe course au large en solitaire. J'ai appris encore. (...) Ce n'est pas parce que tu es en tête que c'est facile, au contraire. Je me suis battu pour mener la course de bout en bout. C'est très personnel, ce n'est pas vis à vis de la concurrence, mais je me suis mis la barre très haut, j'avais un haut niveau d'exigence. »

Forcément satisfait de sa course, Gabart avoue néanmoins avoir été déçu de l'abandon de son principal concurrent pour la victoire. « Quand Vincent (Riou - PRB) est parti, j'aurais dû être content, mais j'étais déçu car je savais qu'on allait faire une belle bagarre, aux entraînements, on se tirait la bourre. Je n'ai pas réfléchi dix secondes que déjà Jérémie était derrière moi. J'ai juste créé la distance il y a trois jours ; Peut être parce que j'étais plus en confiance avec le bateau. J'ai eu un feeling et des sensations géniales, j'étais bien. (...) Je termine la course complètement cramé, et pourtant je suis quelqu'un de très en forme. C'est beaucoup intense qu'un rythme de Vendée Globe, j'ai été à fond tout le temps et il n'aurait pas fallu que ça dure deux jours de plus parce que je n'aurais pas pu maintenir le même niveau d'intensité. Sur le dernier bord, je savourais, je pensais à la suite. A la fois c'est triste de quitter le bateau, mais dans quatre ans je reviens en multi ! » Le message est passé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant