G7 : consensus sur un renforcement des sanctions contre la Russie

le
0
G7 : consensus sur un renforcement des sanctions contre la Russie
G7 : consensus sur un renforcement des sanctions contre la Russie

A l'issue du sommet  qui se tenait en Bavière (Allemagne), les dirigeants du G7 ont réaffirmé lundi leur unité face au terrorisme et aux foyers internationaux de crise, en clôture d'un sommet sur lequel plane l'ombre de la Russie, maintenue à l'écart de ce G8 rebaptisé G7 après l'annexion de la Crimée en mars 2014. L'Ukraine et les négociations entre la Grèce et ses créanciers ont en partie éclipsé l'agenda officiel de ce forum, forum qui réunit les Etats-Unis, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie, le Canada et le Japon.

François Hollande s'est dit satisfait du projet de communiqué sur le climat. Ce document doit fixer les objectifs des sept puissances industrielles en vue de la conférence de l'ONU en décembre à Paris.

Des sanctions éventuellement renforcées contre la Russie. Les pays du G7 sont prêts à «renforcer les sanctions» contre la Russie «si nécessaire», a affirmé lundi la chancelière allemande Angela Merkel, alors que la récente intensification des combats sur la ligne de contact suscite des inquiétudes. Ils demandent à la Russie qu'«elle cesse tout soutien transfrontalier aux forces séparatistes» et qu'«elle exerce l'influence considérable dont elle dispose sur les séparatistes pour qu'ils honorent totalement les accords de Minsk» en février. «Ces sanctions pourront être levées dès lors que la Russie honorera ces engagements», ont-ils affirmé dans leur communiqué final.

VIDEO. Ukraine : les combats continuent à l'ouest de Donetsk

Grèce : Merkel met la pression. Angela Merkel a estimé lundi qu'il ne restait «plus beaucoup de temps»pour arriver à un accord entre la Grèce et ses créanciers sur un renflouement du pays. «Il faut travailler dur», a-t-elle ajouté. Mais les non-Européens au sein de l'instance (Etats-Unis, Canada, Japon) «se sont renseignés» sur les avancées des négociations. «Tous ceux qui étaient à la table souhaitent que la Grèce reste dans la zone ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant