G20 : Pékin et Berlin s'opposent à Washington

le
0
Le ministre allemand des Finances fustige la politique de la Fed. La Chine refuse des objectifs chiffrés au G20. Sarkozy a du mal à être «optimiste».

La guerre des monnaies, réveillée par la décision de la Fed d'injecter 600 milliards de dollars sur les marchés financiers, suscite des alliances baroques avant le sommet du G20 de Séoul.

L'Allemagne s'est jointe vendredi au concert des critiques émises la vieille par plusieurs pays émergents, dont la Chine et le Brésil. «Avec tout le respect que je leur dois, la politique des États-Unis n'a pas de sens», a affirmé vendredi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, connu pour son franc-parler. «Je ne crois pas que les Américains vont résoudre leurs problèmes de cette manière et je crois qu'ils vont poser des problèmes au monde», a-t-il estimé, dans une interview à la chaîne allemande ARD. Les États-Unis ont déjà «injecté un montant infini de liquidités dans l'économie», pour des résultats «désespérants» sur le plan économique, a rappelé le ministre allemand des Finances. «Si les Américains regardent les succès de l'Allemagne, ils co

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant