G20 : Hollande et Poutine ont parlé de l'Ukraine... mais pas du Mistral

le
3
G20 : Hollande et Poutine ont parlé de l'Ukraine... mais pas du Mistral
G20 : Hollande et Poutine ont parlé de l'Ukraine... mais pas du Mistral

Ni effusion ni sourire. Une sobre poignée de mains, pour les photos, et une discussion d'une «bonne heure». Arrivé à Brisbane (Australie) pour le sommet du G20, François Hollande s'est entretenu ce samedi avec son homologue Vladimir Poutine, sur fond de tensions avec Moscou. L'entretien a été consacré «à 95%» à la question ukrainienne, mais, sans surprise, les deux dirigeants ont soigneusement évité d'évoquer la question brûlante du Mistral.

Le chef de l'Etat français, qui devait initialement rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine vers 18 heures, heure locale, 9 heures à Paris, l'a finalement rencontré une heure plus tard, du fait d'un autre entretien, entre Vladimir Poutine et David Cameron.

Notre question du jour : la France doit-elle livrer les navires Mistral vendus à la Russie ? 

«Ce n'était pas le moment» de parler du Mistral.

«Le Mistral n'a été évoqué par aucune des deux parties», a déclaré un membre de la délégation française à l'issue de cet entretien d'une «bonne heure».«Le Mistral n'a pas été évoqué parce que les deux parties estimaient que ce n'était pas le sujet du jour», a-t-on insisté de même source, laissant entendre que la «stratégie» de la France était de ne pas abattre ses cartes. Les deux dirigeants «ont jugé que ce n'était pas le moment, que ce n'était pas leur rôle à ce moment-là et dans le type d'échanges qu'ils ont eu d'évoquer ce sujet-là» sans que cela «ne soit convenu avant», a-t-on encore avancé dans l'entourage du président français.

Ils ont procédé à un «échange approfondi» sur l'Ukraine avec «des questions très claires» posées par le chef de l'Etat français sur le cessez-le-feu ou la ligne de démarcation et des «réponses très précises» de son homologue russe qui ont «permis des clarifications» même si elles ne sont «pas toujours convaincantes», a-t-on poursuivi.

Tension palpable

Avant ce tête-à-tête, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le dimanche 16 nov 2014 à 06:46

    http://en.voicesevas.ru/news/yugo-vostok/2972-osce-the-mass-graves-in-donbass-could-occur-due-to-trafficking-in-human-organs.html

  • Berg690 le samedi 15 nov 2014 à 15:41

    ce matin aucune cérémonie officielle à Saint-Nazaire où la délégation russe ne s’est pas rendue, depuis 14 h le BPC Vladivostok est sous pavillon russe et a troqué son MMSI français pour un numéro russe.

  • M8129092 le samedi 15 nov 2014 à 10:06

    la FRANCE va encore etre ridiculisée mais çà va pas couter cher puisque " c'est l'Etat qui va payer ".