G.Fickou : " Être titulaire ? Pas un cadeau empoisonné mais une chance ! "

le
0
G.Fickou : " Être titulaire ? Pas un cadeau empoisonné mais une chance ! "
G.Fickou : " Être titulaire ? Pas un cadeau empoisonné mais une chance ! "
Gaël Fickou sera titulaire au centre avec Maxime Mermoz lors du match du XV de France face à l'Italie, dimanche. S'il profite des blessures de certains joueurs, le Toulousain ne se met pas la pression, malgré le coup de gueule de Philippe Saint-André après le match perdu face au pays de Galles.

Gaël Fickou, comment se passe l'association avec Maxime Mermoz à l'entraînement ?
Ça se passe bien, on s'entend bien. On avait eu la chance de jouer ensemble en Nouvelle-Zélande il y a environ deux ans. C'est un joueur que j'affronte régulièrement en championnat, que je côtoie assez fréquemment, donc on s'entend plutôt bien.

Comment votre association va-t-elle s'organiser ?
Maxime est un joueur qui a beaucoup d'expérience, qui joue très bien au ballon et qui a une très bonne analyse. Je suis un peu dans ce style aussi. Je suis plutôt créateur que perforateur donc on va essayer de bien communiquer ensemble, de tenter des choses et jouer simple. On s'est bien entendu à l'entraînement, ça se passe plutôt bien, donc on va essayer de réaliser ça dimanche contre l'Italie.

A titre personnel, c'est une belle satisfaction d'être titulaire contre l'Italie ?
Oui, je suis très heureux et très fier de commencer ce match face à l'Italie. Mais ce n'est pas une fin en soit, le plus dur reste à venir. Je suis très heureux de commencer mais il faut rester concentré sur le match de ce week-end.

« Rendre fiers nos supporters »

Ce sera important d'oser des choses lors de ce match ?
Oui, il faudra tenter au bon moment. Après, il ne faut pas faire n'importe quoi. Il faut rester lucide, être sérieux et jouer juste. Quand il faudra tenter des ballons de relance ou de contre-attaque, il faudra les jouer et ne pas se fermer à ne pas se faire de passes. Il faudra tenter la passe de plus et essayer de créer quelque chose. Mais il faut quand même rester cadré et jouer juste.

Est-ce que vous vous présentez en Italie en outsider ?
Je ne sais pas. On y va avec des intentions, pour essayer de faire mieux qu'au dernier match. On va essayer de rendre fiers nos supporters parce qu'on sait que ce n'est pas la joie depuis le début. On est très motivé, on a envie de gagner parce que ça fait un petit moment que cela ne nous est pas arrivé. Aujourd'hui, on ne pense qu'à ça.

Pourquoi l'équipe de France n'arrive plus à battre l'Italie ?
Je n'y étais pas, je ne vais pas me permettre de parler des équipes qui ont perdu là-bas. Mais l'Italie monte en puissance, ils sont de plus en plus forts, de plus en plus compétitifs. C'est une très belle équipe, très dangereuse. Ils ont des joueurs d'expérience comme Parisse, entre autres et des joueurs très talentueux. Aujourd'hui, ils rivalisent avec les meilleurs d'Europe et les meilleurs du monde.

« Montrer à Philippe Saint-André qu'il a raison de croire en nous »

Le coup de gueule de Philippe Saint-André a-t-il porté ses fruits ?
Son coup gueule était plus destiné à nous pousser à nous lâcher. Ce n'était pas pour nous descendre mais plus pour nous faire progresser, nous faire prendre conscience de la chance que l'on a d'être ici et nous lâcher. En club on tente des choses et ici, on se ferme un peu trop. Son coup de gueule était destiné à nous motiver à faire mieux, pas à nous descendre. A nous de le prendre positivement. S'il nous a pris, c'est qu'il croit en nous. A nous de lui montrer qu'il a eu raison.

La réunion organisée par Thierry Dusautoir était dans le prolongement de ce discours ?
Exactement. Thierry, avec beaucoup de sagesse, nous a dit de prendre les choses en main, de prendre nos responsabilités. Sur le terrain, ce ne sont pas les coachs qui jouent, c'est nous. Il nous donne tous les ingrédients, les outils pour pouvoir gagner des matchs internationaux. A nous de le produire en match. C'est ce qui nous manque et on va essayer de le faire ce week-end.

Vous profitez indirectement de coup de gueule de Philippe Saint-André en étant titulaire. N'est-ce pas un cadeau empoisonné ?
Je ne le prends pas comme ça. Je le prends plutôt comme une chance. C'est toujours une chance de porter le maillot bleu. Après, certains diront que c'est un cadeau empoisonné, moi je ne le prends pas du tout comme ça. C'est une chance pour moi, une fierté. C'est vrai que ça ne va pas être facile. On n'est pas dans une période où on gagne énormément donc ça va être compliqué. Mais dans la vie, il y a des périodes difficiles. Il faut savoir prendre ses responsabilités, c'est comme ça qu'on grandit.

Vous le prenez comme une opportunité de montrer que vous êtes là ?
Oui, que je suis là et que je peux aider l'équipe. Mon envie est de donner le meilleur de moi-même, ne pas me poser de questions et de donner ce que je peux donner à l'équipe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant