Fusion Publicis - Omnicom : Maurice Lévy «n'a pas d'inquiétude majeure»

le
0
Fusion Publicis - Omnicom : Maurice Lévy «n'a pas d'inquiétude majeure»
Fusion Publicis - Omnicom : Maurice Lévy «n'a pas d'inquiétude majeure»

 La fusion Publicis Groupe - Omnicom fera du nouvel ensemble le numéro un mondial de la publicité. Maurice Lévy, PDG de Publicis depuis 1987, a accordé un entretien au «Parisien Economie».

Le marché publicitaire semble reprendre des couleurs et Publicis vient de présenter de bons résultats semestriels. Peut-on parler de reprise ?

Les perspectives économiques sont meilleures dans toutes les régions du monde dont l'Europe. La Grèce va nettement mieux, l'Italie et l'Espagne affichent une croissance positive substantielle et les investissements publicitaires en Allemagne connaissent une forte croissance. Autant de bonnes nouvelles quand on sait que les investissements publicitaires reflètent la confiance des annonceurs dans l'économie. Et qu'ils sont le meilleur indicateur de la consommation et du moral des consommateurs. Et donc de la situation économique.

Et la France ?

Elle est en légère croissance, la situation est encourageante même si elle reste fragile. Notamment par le fait qu'elle repose sur un élément subjectif très instable : la confiance des acteurs, consommateurs comme chefs d'entreprise. Le problème essentiel pour notre pays est qu'on ne génère pas assez de croissance en France depuis de trop nombreuses années alors qu'on dépense au-dessus de nos moyens.

Que pensez-vous des mesures annoncées par le gouvernement pour redresser la barre ?

Cela va dans le bon sens. La pression fiscale est devenue insupportable. Il faut d'abord réduire le déficit public par la baisse réeelle de la dépense publique. Longtemps attendues, les décisions doivent maintenant être massives et prises le plus vite possible pour produire tous leurs effets. Pour les entreprises, cela fait plus de quinze ans qu'elles ont perdu de leur compétitivité du fait de l'augmentation des charges et des 35 heures. Il faut leur permettre d'être compétitives à nouveau pour créer de l'emploi.

Et sur la taxation des très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant