Fusillades à Ottawa : la mère du tueur est en «colère» contre son fils

le
3
Fusillades à Ottawa : la mère du tueur est en «colère» contre son fils
Fusillades à Ottawa : la mère du tueur est en «colère» contre son fils

C'est le jour d'après à Ottawa, la capitale fédérale canadienne. La ville, qui a subi mercredi une attaque terroriste lancée par un de ses citoyens, tentait de reprendre un visage normal. Les députés canadiens ont notamment retrouvé «leur» Parlement, où l'auteur des fusillades, Michael Zehaf-Bibeau, a été abattu par le chef de la sécurité de l'édifice. 

Susan Bibeau, la mère de l'homme identifié comme le tueur, s'est dit jeudi «désolée» des actes commis par son fils lors d'une brève conversation téléphonique avec l'agence AP. «Si je pleure, c'est pour ces gens, a-t-elle dit en tentant de retenir ses larmes. Pas pour mon fils», rapporte le site canadien de La Presse. 

Plus tôt dans la journée, Kevin Vickers, l'homme qui a abattu Michael Zehaf-Bibeau, a reçu un poignant hommage de la part des responsables politiques du pays. L'hymne national a été entonné et une minute de silence a également été respectée, en mémoire du caporal Nathan Cirillo, un soldat tué mercredi près du Mémorial de guerre dans la première fusillade.

Les services de sécurité sont restés en alerte toute la journée au Canada. Un homme, probablement un sans-domicile fixe, qui s'était approché trop près du Premier ministre, a été arrêté dans la matinée. Quelques heures plus tard, un autre homme a été arrêté à Halifax, dans l'est du pays, alors qu'il venait d'abandonner une arme dans un bus. 

VIDEO. Ottawa : le film du drame en vidéosurveillance

«Je suis en colère contre notre fils», a expliqué la mère de Michael Zehaf-Bibeau, désigné comme l'auteur des fusillades de mercredi, dans une brève conversation téléphonique accordée à l'agence de presse AP. Auparavant, Susan Bibeau avait adressé un courriel, toujours à AP, en réponse à un premier courriel lui demandant de confirmer l'instabilité mentale de son fils. «Bonjour, j'écris cette note en mon nom et en celui de mon mari. Aucun mot ne peut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le jeudi 23 oct 2014 à 23:44

    On n'a que ce que l'on mérite...

  • raich2 le jeudi 23 oct 2014 à 18:11

    La France est la France avec ses bonnes et ses mauvaises décisions et ne pas oublier qu'elle est malade de son administration et de ses procédures longues et très coûteuses pour le contribuable.Pas de prison mais honneur à la chaise EDF comme ça on ne revient plus sur l'affaire.

  • M9244933 le jeudi 23 oct 2014 à 17:57

    M544, tout-à-fait d'accord. Leur réaction est bien plus logique. Soyons étonnés ensuite que nos policiers aient le moral dans les chaussettes, paralysés qu'ils sont par les suites possibles de leur action face à des criminels pourtant évidents.