Fusillade du Thalys : les premiers mots du suspect Ayoub El Khazzani

le
1
Le suspect de l'attaque dans un Thalys, Ayoub El Khazzani.
Le suspect de l'attaque dans un Thalys, Ayoub El Khazzani.

Après l'identification formelle du suspect, les premières confidences. Dans son édition de dimanche, Le Parisien révèle qu'Ayoub El Khazzani « a consenti à répondre aux premières questions des enquêteurs de la sous-direction antiterroriste, avant de se murer dans le silence ».

S'il « comprend quelques mots de français », le quotidien précise que le jeune homme, un ressortissant marocain de près de 26 ans signalé par les autorités espagnoles dès le mois de février 2014 en raison de son appartenance à la mouvance islamiste radicale, s'exprime exclusivement en arabe. « Assisté d'un traducteur », l'auteur présumé de l'attaque vendredi dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris a confié son « extrême surprise », indique

Le Parisien

. Citée par le quotidien, son avocate assure qu'Ayoub El Khazzani « ne comprend pas pourquoi cette histoire a pris une telle ampleur ». Le jeune homme affirme ne pas être un terroriste, mais un simple braqueur.

L'avocate déclare que le suspect a « d'emblée décliné son identité et celle de ses parents ». Elle ajoute qu'« il dit avoir trouvé » dans un parc près de la gare de Bruxelles où il dort souvent les armes qu'il a utilisées pour l'attaque, un fusil d'assaut kalachnikov avec neuf chargeurs, un pistolet automatique Luger.

Le suspect nie être allé en Syrie

Alors qu'une source de l'antiterrorisme espagnol a assuré...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 23 aout 2015 à 11:02

    Bientôt ,tous ces attentats deviendront banalités ,comme les fusillades de Marseille entre copains .......