Fusillade devant le QG de la police à Istanbul, un mort

le
0

(Actualisé, un assaillant tué, policiers blessés, précisions) ISTANBUL, 1er avril (Reuters) - Les forces de sécurité turques ont tué un homme armé et en ont blessé un autre mercredi devant le quartier général de la police à Istanbul, rapportent les médias turcs. Deux policiers ont été blessés dans l'échange de tirs. Mardi, deux militants du parti d'extrême gauche DHKP-C qui retenaient le procureur Mehmet Selim Kiraz, 46 ans, au palais de justice d'Istanbul ont été tués par la police. Leur otage n'a pas survécu à ses blessures. Des images diffusées mercredi soir sur le site internet de l'agence de presse Dogan montrent un corps gisant sur le sol devant le QG de la police, dans le quartier d'Aksaray, dans le centre d'Istanbul. La police a par ailleurs arrêté mercredi matin un homme armé qui a fait irruption dans un bureau du parti AKP au pouvoir et a déployé à une fenêtre un drapeau, le drapeau national rouge frappé d'un croissant et d'une étoile mais aussi d'un sabre. Le ministre de la Justice Kenan Ipek, lors d'une cérémonie qui a rassemblé mercredi des centaines de magistrats, a promis de découvrir les "forces obscures" qui ont organisé cette prise d'otage. "Ce n'était pas seulement une attaque contre le procureur défunt mais contre tout le système judiciaire. On a pointé une arme sur notre nation", a dit le ministre devant le cercueil de Kiraz exposé dans le hall du palais de justice. "Notre Etat est assez fort pour traquer ceux qui sont derrière ces minables (...) Le fait que ces assassins soient morts ne signifie pas que ces forces obscures et viles pourront nous échapper." Le procureur Kiraz dirigeait l'enquête sur la mort d'un adolescent de 15 ans, Berkin Elvan, grièvement blessé à la tête lors de manifestations antigouvernementales et mort après avoir passé neuf mois dans le coma. Dans la nuit de mardi à mercredi, des échauffourées ont opposé des policiers à des manifestants dans deux quartiers de la ville après la mort quelques heures auparavant de deux extrémistes de gauche et du procureur qu'ils retenaient en otage, au cours de l'assaut donné par les forces de sécurité. Dans le quartier populaire de Gazi, théâtre de fréquentes échauffourées et où le DHKP-C compte des sympathisants, la police a eu recours dans la nuit aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau pour empêcher les manifestants de s'approcher d'un commissariat. La police a dispersé d'autres manifestants à Okmeydani, quartier d'où était originaire Berkin Elvan dans le centre d'Istanbul. (Birsen Altayli, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant